The purpose of the African Women in Cinema Blog is to provide a space to discuss diverse topics relating to African women in cinema--filmmakers, actors, producers, and all film professionals. The blog is a public forum of the Centre for the Study and Research of African Women in Cinema.

Le Blog sur les femmes africaines dans le cinéma est un espace pour l'échange d'informations concernant les réalisatrices, comédiennes, productrices, critiques et toutes professionnelles dans ce domaine. Ceci sert de forum public du Centre pour l'étude et la recherche des femmes africaines dans le cinémas.

ABOUT THE BLOGGER

My photo
Director/Directrice, Centre for the Study and Research of African Women in Cinema | Centre pour l'étude et la recherche des femmes africaines dans le cinéma

12 February 2019

In/en conversation with/avec Selma Bargach (Morocco | Maroc)

In/en conversation with/avec Selma Bargach (Morocco | Maroc)

[English] Français ci-après

Interview with Selma Bargach by Beti Ellerson, February 2019

Selma Bargach’s intellectual and creative pursuit has intersected the boundaries of social science inquiry, cinema and gender, eventually settling for the artistic expression of filmmaking. She talks about her trajectory in cinema and her latest film Indigo.

Selma, could you talk a bit about yourself, your cinematic trajectory?

My career is atypical. After a year of architecture, I preferred to study the visual arts and cinema. The 7th art became a passion with the realisation of several short films in super 8mm. My professors encouraged me to pursue a doctorate, which allowed me to discover Moroccan cinema and to meet several directors. At the same time, I did an editing internship at Antenne 2, and in addition created an association on Maghreb arts with Mansour Abrous, a dear friend who unfortunately just passed away. I ultimately returned to Morocco to work for the foundation ONA as head of the audio-visual segment. I realised that I needed to be free and not attached to an institution. While watching the rehearsal of a scene from a film by Hakim Noury, the producer Maria Pilar Cazorla, who also passed away too soon, almost forced me to join the crew. That is how I caught the cinema virus! So I started as an intern, second, then as first assistant director, then ... again, I directed short films in 35mm, and finally my first feature film [Fifth String, 2011], which travelled around the world and won several awards. Indigo is my second feature film.

And your latest film, Indigo what is it about?

Indigo is the colour blue of the aura given by a psychic to children endowed with clairvoyance or hypersensitivity (mediumnity). In the film, Nora, a 13-year-old pre-adolescent, is confronted with violence and the world of the irrational. Her entourage is disturbed by her visions but seems indifferent to her suffering. Indigo tells the initiatory journey of this child in search of her own truth.

Why did you choose this subject?

This theme is universal as well as a controversial issue because it is often taboo when it comes to children’s experiences; a world where it is often painful to talk about oneself, if not impossible, especially when it comes to evoking a difference. Hence, children cling to their imagination, realising that it is necessary to grieve in order to be accepted and to accept themselves.

I wanted to tell the story of a child, confronted with a society where people are lost because they are preoccupied with their problems and controlled by their egos. It is also the rejection and abandonment of difference by a standardised system even in its perception of each other’s world. There is a form of alienation of the individual in an environment that is less and less attentive to one's inner world and one's spirituality.

This story undertakes a reflection on the relationship between the indescribable world related to the senses, and the more rational medical world. It is also a reflection on that which is unspoken and the consequences that this can engender. The action is set in a contemporary Morocco caught up in preconceived ideas and the traditions of another age. This is the paradox, between people who go to see fortune-tellers but who refuse to accept those close to them who have premonitions or very strong intuitions. The story could take place anywhere else, where children are confronted with a world they do not understand. It is a film that focuses on the imaginary and its powers.

Everywhere, people are seeking their place in the world, in their family, in their relationship as a couple. In the film, there is Nora, this lonely child, left to herself, desperately looking for a way to prove that she exists in her particularity and in her difference. And, there are the other characters, submerged in a incredible system, traversing through time, tired and dreamy, desperately seeking a way out while ignoring the suffering of childhood.

What were your experiences during the shoot? Especially with the character Nora…

There was a very beautiful, caring energy on the set. The whole team was completely involved, which allowed everyone to work together. We had fun doing this film even though some scenes were particularly difficult, which allowed Nora, played by Rim Kettani, and Mehdi, played by Mohamed Waheb Abkari not to be disturbed by their role. I did not tell them the story in advance in order to not lock them in a universe. Each scene was a new discovery for them. For them the endeavour was to remember the emotion in which they were a week before, to relive it, and transform it into a new emotion. It was pure happiness to direct the actors and work with this freedom.

The challenge was to keep a relaxed atmosphere, camaraderie on the set and at the same time to create the inverse effect of tension and incomprehension among the characters during the shooting of the scenes. They all had to stay charged with a sense of inner violence, as if they could collapse at any time, unable to express themselves, or to express the unspeakable.

What have been the public's reactions so far to the film?

The film has been screened twice for the moment. There was an incredible encounter with the French audience. The room was packed and people did not want to leave. I loved seeing the reaction of the filmgoers and the questions that the film provoked. Everyone has their own reading and their own truth about this sensitive and often taboo subject. Moreover, I left as much an opening as possible in the film to make room for everyone's reflection and imagination, out of respect for each other’s perception of the world. It is a film that invites us to accept others in their difference and to leave them their place, which is something that our current world increasingly forgets to do.

You are also researcher, academic. In 1997 you defended your doctoral dissertation entitled, "The status and role of women in Moroccan cinema". Although it has been more than two decades, I am fascinated by this subject, which continues to be relevant! What were the results of this research?

At the time, the films that dealt with this subject presented more of a general overview rather than addressing in depth the real issues confronting women. The filmmakers ultimately were looking more so to recount to each other through a cinema focusing on the social, rather than to impart the real problems of women. Moreover, there were not many women in the various film sectors, which has since changed.

Some thoughts on this subject in the present?

Society and mentalities have evolved, and so too have the themes of the films and their treatment. In these films, the woman is articulated differently, the man as well, but there is still a lot of censorship and self-censorship regarding one’s ability to express oneself more deeply on subjects like sexuality or freedom. From my point of view, there is considerable progress in freedom of speech, but not yet through the image. To see oneself through the eyes of one's peer continues to disturb when it comes to laying oneself bare, revealing oneself physically, even psychologically. There continues to be a great deal of modesty and red lines that are not to be crossed.

Has your academic work in cinema had an influence on your work as a filmmaker, development of characters, scenario etc?

Researching in the context of doctoral study makes it possible to hone in on a problematic in relation to one’s specialty. In my case it was "The status and role of women in Moroccan cinema". It is therefore necessary to conceptualize this field of research and to probe it as accurately as possible, while at the same time deploying a critical approach. This work requires a great deal of research and a purely scientific writing so that one’s ideas lead to a thesis. In the case of making a film, there is obviously the work of research, of questioning, of writing as it relates to a desired subject. But there is also a search in itself, of issues of an emotional and instinctive nature, even unconscious sometimes, that we will not find in an academic work. Being a filmmaker has brought me much more than my academic work has, in that it has allowed me to ask deeper questions while soliciting my imaginary through creative work, which is less scientific.

[Français]

Entretien avec Selma Bargach par Beti Ellerson, février 2019

Selma Bargach a poursuit les activités intellectuelles et créatives à l’intersection de la recherche en sciences sociales, du cinéma et du genre, pour finalement se tourner vers l’expression artistique du cinéma. Elle parle de sa trajectoire dans le cinéma et de son dernier film Indigo.

Selma, peux-tu nous parler un peu de toi, ton parcours ?


J’ai un parcours atypique. Après une année d’architecture, j’ai préféré etudier les arts plastiques et le cinéma. Le 7ème art est devenu une passion avec la réalisation de plusieurs courts métrages en super 8mm. Mes professeurs m’ont poussé à faire un doctorat, ce qui m’a permis de découvrir le cinéma marocain et de rencontrer plusieurs réalisateurs. J’ai effectué dans le même temps un stage de montage à antenne 2 et créé en parallèle une association sur les arts du Maghreb avec Mansour Abrous, un ami cher qui vient malheureusement de nous quitter. Je suis finalement rentrée au Maroc pour travailler à la fondation de l’ONA en tant que responsable audiovisuel. Je me suis rendue compte que j’avais besoin d’être libre et non pas d’être attachée à une institution. J’ai été voir la répétition d’une scène d’un film de Hakim Noury. Maria Pilar Cazorla, la productrice, qui nous a quitté aussi trop tôt, m’a pratiquement obligée à intégrer l’équipe… C’est comme ça que j’ai attrapé le virus du cinéma ! J’ai donc commencée stagiaire, seconde, puis première assistante réalisateur, … réalisé à nouveau des courts métrages en 35mm, puis enfin mon premier long métrage [La 5ème corde (2011], qui a voyagé à travers le monde et obtenu plusieurs prix. Indigo est mon second long métrage.

Et ton dernier film Indigo, que raconte-il ?

Indigo, c’est la couleur bleue de l’aura donnée par un médium à des enfants doués de clairvoyance ou d’hyper sensibilité. Dans le film, Nora, une préadolescente de 13 ans, est confrontée à la violence et au monde de l’irrationnel. Son entourage est perturbé par ses visions mais semble indifférent à sa souffrance. Indigo raconte le parcours initiatique de cet  enfant à la recherche de sa propre vérité.

Pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

Ce thème est universel et propice à la controverse car souvent tabou lorsqu’il s’agit de l’enfance. Un monde où il est souvent douloureux de parler de soi, voire impossible, surtout lorsqu’il s’agit d’évoquer une différence. Les enfants s’accrochent alors à leur imaginaire, pour se rendre compte qu’il faut bientôt en faire le deuil afin d’être accepté et de s’accepter. 

J’ai voulu raconter l’histoire d’un enfant, confrontée à une société où les êtres sont perdus parce que préoccupés par leur problèmes et dominés par leur égos. C’est aussi le rejet et l’abandon de la différence par un système qui s’uniformise même dans la perception du monde des uns et des autres. Il y a une forme d’aliénation de l’individu dans un environnement de moins en moins à l’écoute de son monde intérieur et de sa spiritualité.

Cette histoire engage une réflexion sur les rapports entre le monde de l’indicible lié aux sens, et l’univers médical, plus rationnel. Elle apporte aussi une réflexion sur les non dits et les conséquences que cela peut engendrer. L’action se situe dans un Maroc contemporain en prise avec des idées reçues et des traditions d’un autre âge. C’est là tout le paradoxe, entre les gens qui vont voir des voyants mais qui refusent d’accepter les proches qui ont des prémonitions ou des intuitions très prononcées. L’histoire pourrait se situer n’importe où ailleurs, là où des enfants sont confrontés à un monde dont ils ne comprennent pas la portée. Il s’agit d’un film qui privilégie l’imaginaire et ses pouvoirs. 

Partout, des êtres cherchent leur place dans le monde, dans leur famille, dans leur couple. Dans le film, il y a Nora, cet enfant solitaire, livrée à elle-même, qui cherche désespérément d’une certaine façon de prouver qu’elle existe dans sa particularité et dans sa différence. Et, il y a les autres personnages, noyés dans un système invraisemblable, fatigués et rêveurs, qui traversent le temps en cherchant désespérément une issue tout en ignorant la souffrance de l’enfance.

Tes expériences de tournage, quelques réflexions…surtout avec le personnage de Nora…

Il y avait une très belle énergie d’amour sur le plateau. Toute l’équipe était complètement impliquée, ce qui a permis une belle collaboration de tous. Nous nous sommes amusés à faire ce film même si certaines scènes étaient très dures, ce qui a permis à Nora, jouée par Rim Kettani, et à Mehdi, joué par Mohamed Waheb Abkari de ne pas être perturbés par leur rôle. Je ne leur ai pas raconté l’histoire pour ne pas les enfermer dans un univers. Ils découvraient à chaque fois les scènes. Le jeu avec eux était de se rappeler l’émotion dans laquelle ils étaient une semaine avant pour la revivre et la transformer en une nouvelle émotion. Cela a été un pur bonheur de diriger les comédiens et de travailler dans cette liberté.  

Le challenge était de garder une ambiance détendue, complice sur le plateau et de créer à l’inverse la tension et l’incompréhension des personnages pendant le tournage des scènes. Ils devaient tous être chargés d’une violence intérieure, comme si ils pouvaient s’effondrer à tout moment de ne pouvoir s’exprimer, ni exprimer l’indicible.

Quelles sont des premières réactions du public sur le film ?

Le film a été projeté deux fois pour le moment. Il y a eu une rencontre incroyable avec le public français. La salle était comble et les gens ne voulaient pas partir. J’ai adoré voir la réaction des spectateurs et les questions que le film a suscité. Chacun a sa propre lecture et sa propre vérité sur ce sujet sensible et souvent tabou. J’ai d’ailleurs laissé un maximum d’ouverture possible dans le film pour laisser place à la réflexion et à l’imaginaire de chacun par respect pour l’autre dans sa perception du monde. C’est un film qui invite à accepter l’autre dans sa différence et à lui laisser toute sa place, ce que notre monde actuel oublie de faire de plus en plus.

Tu es aussi chercheuse, académique. En 1997 tu as soutenu un doctorat sur le thème, "Le statut et le rôle de la femme dans le cinéma marocain". Bien qu’il y a plus de deux décennies, je suis fascinée par ce sujet, qui et toujours de l’actualité ! Quel était le résultat de cette recherche ?

A l’époque, les films qui traitaient de ce sujet faisaient plus un état des lieux général qu’ils ne parlaient en profondeur des vrais problèmes de la femme. Les réalisateurs finalement cherchaient plus à se raconter à travers un cinéma porté sur le social que relater les réels problèmes des femmes. Les femmes aussi n’étaient pas nombreuses dans les divers secteurs cinématographiques, ce qui a quand même changé depuis.

Quelques réflexions sur ce sujet au présent ?

La société, les mentalités ont évolué. Les sujets des films et leur traitement aussi. Dans les films, on raconte la femme autrement, l’homme aussi, mais il y a encore beaucoup de censure et d’auto censure pour s’exprimer plus profondément sur des sujets comme la sexualité ou la liberté. Il y a de mon point de vue une avancé considérable dans la liberté de parole mais non encore par le biais de l’image. Se voir à travers le regard de son semblable dérange encore lorsqu’il s’agit de se dénuder, de se dévoiler physiquement et même psychologiquement. Il existe toujours une grande pudeur et des lignes rouges à ne pas franchir. 

Ton travail académique sur le cinéma a-t-il eu une influence sur ton travail autant que réalisatrice--développement des personnages, du scénario etc. ?

Le travail de recherche dans le cadre d’un doctorat permet de s'emparer d’une problématique en rapport à sa spécialité. Dans mon cas c’était « Le statut et le rôle de la femme dans le cinéma marocain ». Il convient donc de conceptualiser ce champ de recherche et de le questionner le plus justement possible, tout en déployant une démarche critique. Ce travail nécessite beaucoup de recherche et une rédaction purement scientifique afin que sa réflexion aboutisse à une thèse. Dans le cas de la réalisation d’un film, il y a évidemment un travail de recherche, de questionnement, d’écriture par rapport à un sujet voulu. Mais il y a aussi, une recherche en soi de l’ordre de l’émotionnel, de l’instinctif, voire de l’inconscient parfois, que l’on ne trouvera pas dans un travail académique. Etre réalisatrice m'a apporté beaucoup plus que mon travail académique, dans la mesure où cela m’a permis de poser des questions plus profondes tout en sollicitant mon imaginaire, à travers un travail créatif qui relève moins du monde scientifique. 




No comments:

Post a Comment

Relevant comments are welcome - Les discussions constructives sont les bienvenues