The purpose of the African Women in Cinema Blog is to provide a space to discuss diverse topics relating to African women in cinema--filmmakers, actors, producers, and all film professionals. The blog is a public forum of the Centre for the Study and Research of African Women in Cinema.

Le Blog sur les femmes africaines dans le cinéma est un espace pour l'échange d'informations concernant les réalisatrices, comédiennes, productrices, critiques et toutes professionnelles dans ce domaine. Ceci sert de forum public du Centre pour l'étude et la recherche des femmes africaines dans le cinémas.

ABOUT THE BLOGGER

My photo
Director/Directrice, Centre for the Study and Research of African Women in Cinema | Centre pour l'étude et la recherche des femmes africaines dans le cinéma

25 February 2020

Festival Films Femmes Afrique 2020 - Maryam Touzani : Adam

Maryam Touzani
Adam
Morocco - 2020 - 98 min - Fiction


Synopsis

Dans la Médina de Casablanca, Abla, veuve et mère d'une fillette de 8 ans, tient un magasin de pâtisseries marocaines. Quand Samia, une jeune femme enceinte frappe à sa porte, Abla est loin d'imaginer que sa vie changera à jamais. Une rencontre fortuite du destin, deux femmes en fuite, et un chemin vers l'essentiel.

In the Medina of Casablanca, Abla, a widow and mother of an 8-year-old girl, runs a Moroccan pastry shop. When Samia, a young pregnant woman, knocks on her door, Abla is far from imagining that her life will change forever. A chance meeting of fate, two women in flight, and a path to the essential.

Biographie | Biography

Maryam Touzani est née en 1980 à Tanger où elle passe sa jeunesse. Elle est dans un premier temps journaliste, spécialisée dans le cinéma, après des études à Londres. Puis elle devient scénariste et réalisatrice de courts-métrages et de documentaires. En 2011, son court-métrage Quand ils dorment, est sa première réalisation cinématographique. En 2014, elle filme un documentaire, Sous Ma Vieille Peau / Much Loved, consacré à la prostitution au Maroc. Ce documentaire donne lieu au film Much Loved, sorti en 2015 et réalisé par Nabil Ayouch, pour lequel Touzani participe au scénario.

En 2019, elle réalise son premier long-métrage Adam. Ce dernier est sélectionné pour le festival de Cannes, dans la section Un certain regard, en compétition pour la Queer Palm, et au 12e festival du film francophone d'Angoulême.

Maryam Touzani was born in 1980 in Tangier where she spent her youth. She was initially a journalist, specializing in cinema, after studying in London. Then she became a screenwriter and director of short films and documentaries. In 2011, her short film Quand ils dorment, is her first cinematic endeavor. In 2014, she made the documentary, Sous Ma Vieille Peau / Much Loved, focusing on prostitution in Morocco. This documentary gave rise to the film Much Loved, released in 2015 and directed by Nabil Ayouch, for which Maryam Touzani participated in developing the script.

In 2019, she directed her first feature film Adam, which was selected at the Cannes festival in the Un Certain Regard section; it was in competition for the Queer Palm, and was presented at the 12th edition of the Angoulême francophone film festival.


Festival Films Femmes Afrique 2020 - Fatoumata Coulibaly, Erica Pomerance : L'après coup, la voix des maliennes (After the coup, Malian women speak)

Fatoumata Coulibaly, Erica Pomerance
L'après coup, la voix des maliennes
(After the coup, Malian women speak)
Mali | Canada - 2019 - 99 min - Documentary


Synopsis

Suite au coup d’état du 22 mars 2012 au Mali, le Nord du pays bascule sous le contrôle des factions rebelles islamistes qui, jusqu’à aujourd’hui, continuent à menacer la stabilité du pays entier. Les Maliennes de diverses régions, professions, groupes ethniques et couches sociales élèvent leurs voix pour s’exprimer sur les circonstances, la perspective et le rôle des femmes dans la recherche de solutions à cette crise politico-militaire qui secoue leur pays. 

Leur lutte est également celle pour la réconciliation nationale et l’avancement de leurs droits, menacés par une islamisation en douce de la société laïque.

Following the coup d'etat in Mali on March 22, 2012, Northern Mali falls under the control of Islamist rebel factions that continue to threaten the stability of the entire country. Malian women from different regions and social classes speak about the situation, the perspective and the role of women in finding solutions to this politico-military crisis that is shaking their country. This struggle is also one of national reconciliation and the advancement of their rights, threatened by the surreptitious Islamization of secular society.

Biographie | Biography

Fatoumata Coulibaly est une actrice et réalisatrice malienne, notamment connue pour son rôle dans Mooladé d’Ousmane Sembène, prix Un Certain Regard au Festival de Cannes 2004. Également journaliste et militante des droits des femmes, en particulier contre les mutilations génitales féminines, elle est aujourd’hui employée permanente de l’Office nationale de radio-télévision du Mali.

Erica Pomerance est une réalisatrice, scénariste et productrice Québécoise avec plus d’une cinquantaine de productions documentaires et fictions à son actif. Elle est également auteure-compositeure-interprète et comédienne. Elle est la fondatrice d’Initiative Taling Dialo, une structure qui organise des stages d’initiation à la vidéo destinés aux jeunes de l’Afrique francophone et des communautés culturelles du Québec.

Fatoumata Coulibaly is a Malian actress and director, best known for her role in Ousmane Sembène's Mooladé, (Un Certain Regard award at the 2004 Cannes Film Festival). She is also a journalist and activist for women’s rights, in particular against female genital mutilation, she is now a permanent employee of the National Radio and Television Office of Mali.

Erica Pomerance is a director, screenwriter and producer from Quebec with more than fifty documentary and fiction productions to her credit. She is also a singer-songwriter and actress. She is the founder of Initiative Taling Dialo, a structure that organizes introductory video courses for young people in Francophone Africa and the cultural communities of Quebec.

Festival Films Femmes Afrique 2020 - Lula Ali Ismaïl: Dhalinyaro

Lula Ali Ismaïl
Dhalinyaro 
Djibouti - 2019 - 90 min - Fiction


Description

Trois visages de jeunes femmes : Asma, Hibo et Deka. Toutes trois fréquentent le même lycée, à Djibouti. Asma vient d’une famille pauvre mais sa mère rêve pour elle d’une carrière de médecin. Hibo est d’une famille aisée et habite dans les beaux quartiers. Deka est issue de la classe moyenne. Sa mère, divorcée, élève seule ses quatre enfants. Pour Deka, l’école passe au second plan. Elle fréquente un homme plus âgé qu’elle, Youssouf. Asma, Deka et Hibo adorent leur professeur de philosophie, Zahra qui donne l’impression d’une totale liberté de vie et de pensée. Certaines élèves sont habillées en hijab, d’autres en jean moulant ou en boubou traditionnel. La cour de récréation bourdonne de conversations en arabe, en somali, en afar, et en français.

Three faces of young women: Asma, Hibo and Deka. All three attend the same high school in Djibouti. Asma comes from a modest family, but her mother dreams of a career for her as a doctor. Hibo is from a wealthy family and lives in a beautiful neighborhood. Deka is from the middle class. Her divorced mother raises her four children alone. For Deka, school is not a priority. She's dating an older man, Youssouf. Asma, Deka and Hibo adore their philosophy teacher, Zahra, who gives the impression of complete freedom of life and thought. Some students are dressed in hijab, others in skinny jeans or traditional boubou. The playground is buzzing with conversations in Arabic, Somali, Afar, and French.

Biographie | Biography

Née en 1978, Lula Ali Ismaïl est une actrice, scénariste et réalisatrice djiboutienne qui vit et travaille au Canada. En 2012, elle réalise son premier court métrage Laan (Amis) qui est aussi le premier film réalisé par une djiboutienne. En 2014, elle tourne son premier long métrage Dhalinyaro (Jeunesse) dont la première internationale est présentée à Djibouti.

Born in 1978, Lula Ali Ismaïl is a Djiboutian actress, screenwriter and director who lives and works in Canada. In 2012, she directed her first short film Laan (Amis) which is also the first film made by a Djiboutian. In 2014, she shot her first feature film Dhalinyaro (Jeunesse), the international premiere of which was presented in Djibouti.


Festival Films Femmes Afrique 2020 - Yolande Welimoum: Djiguène

Yolande Welimoum
Djiguène
Senegal | Cameroon - 2018 - 7 min - Documentary


Synopsis

Djiguène, qui signifie Femme en Wolof, langue sénégalaise, présente d’une façon subtile par ce portrait d’une écrivaine sénégalaise les problématiques auxquelles font face les femmes de façon particulière dans la société sénégalaise enfouie dans ses traditions.

Djiguène, which means "woman" in the Senegalese language, Wolof, subtly presents in this portrait of a Senegalese writer, the issues that women confront in a specific way, which are buried in the traditions of Senegalese society.

Biographie | Biography

Yolande Welimoum, passionnée de cinéma, est étudiante en arts du spectacle et cinématographie à l’Université de Yaoundé 1 au Cameroun. En 2010 elle commence une carrière de comédienne au théâtre et au cinéma et ce n’est qu’en 2016 qu’elle embrasse le métier de réalisatrice.

Son premier film Héritage a reçu plusieurs récompenses et notamment le Grand Prix Rific à Yaoundé en 2017. En 2018, elle participe au Festival Films Femmes Afrique et à une résidence de création à Dakar, le Kino Teranga, où elle réalise son dernier film Djiguene.

Yolande Welimoum, passionate about cinema, is a student of performing arts and cinematography at the University of Yaoundé 1 in Cameroon. In 2010 she began a career as an actress in theater and cinema and later in 2016 she began film directing. Her first film Heritage received several awards, including the Grand Prix Rific in Yaoundé in 2017. In 2018, she participated in the Festival Films Femmes Afrique and in a film directing residency in Dakar, at Kino Teranga, where she completed her latest film Djiguene.

Festival Films Femmes Afrique 2020 - Nana Hadiza Akawala : Bibata est partie… (Bibata is gone)

Nana Hadiza Akawala
Bibata est partie… (Bibata is gone)
Niger - 2018 - 30 min - Documentary


Description

"Bibata is gone ... is a documentary film that deals with friendship, humanism. The guiding thread or artistic approach chosen to recount this relationship is based on a quest, an exploration. The story, going back more than ten years is about the maid for my family. My friend Bibata lived in the village with her beautiful family. Her husband had left on a voyage and did not send her enough money to support herself and her children. As tradition dictates, the care of Bibata returns to her parents-in-law. Unfortunately, they do not have the means to take on this task. Bibata therefore left her village to look for work in the capital, Niamey, in order to provide for her needs. My family was the first family for which she worked.

Bibata did the common tasks of the household: preparing meals, taking care of the house, sweeping the yard, washing dishes ... Despite the age gap between us (I was between 14 and 15 years old and she was 25), a friendship quickly developed between us…

One day Bibata was recalled to her village by her husband who had returned, with the definite promise to come back in a week. It has been more than ten years since Bibata left and has not been heard from since. Her absence shattered something in me. Her absence left a void around me. Put simply, I missed her. From the suburbs of Niamey to Kobi, I journey to find her.”
(From an interview with Niger Inter)

« Bibata est partie… » est un film documentaire qui traite de l’amitié, de l’humanisme. Le fil conducteur ou la démarche artistique choisi pour raconter cette amitié est basé sur une quête, une exploration. L’histoire de ce film est celle d’une femme de ménage de ma famille communément appelée ‘’bonne’’ et remonte à plus d’une dizaine d’années. Mon amie Bibata vivait au village avec sa belle famille. Son époux était parti en exode et ne lui envoyait pas de quoi subvenir à ses besoins et ceux de ses enfants. Comme le veut la tradition, la prise en charge de Bibata revient alors à ses beaux parents. Malheureusement, cette belle famille ne dispose pas des moyens nécessaires pour assumer cette mission. Bibata a donc quitté son village pour chercher du travail à Niamey, la capitale et ainsi subvenir à ses besoins. La première famille dans laquelle elle a travaillé était la mienne.

Les tâches de Bibata chez moi étaient courantes : préparer les repas, s’occuper de la maison, balayer la cour, faire la vaisselle… En dépit de l’écart d’âge entre nous (j’avais entre 14 et 15 ans et elle 25 ans), il s’est créé très vite un rapport d’amitié voire familial entre elle et moi. La complicité entre nous était telle qu’il n’y avait cette ligne de démarcation, j’allais dire cette distanciation qui fait que la fille de ménage se présente comme l’Autre des membres de la famille malgré ses précieux services à cette dernière.

Un jour Bibata a été rappelée dans son village par son mari revenu de l’exode avec la ferme promesse de revenir dans une semaine. Voilà plus de dix ans que Bibata n’est plus revenue et n’a pas fait signe de vie. Son absence a brisé quelque chose en moi. Son absence a laissé un vide autour de moi. Elle me manquait tout simplement. Des faubourgs de Niamey à Kobi, je pars à sa recherche.

(D’un entretien avec Niger Inter)
https://www.nigerinter.com/2018/04/cinema-bibata-est-partie-de-nana-hadiza-akawala-lunivers-des-femmes-de-menage/)

Biographie | Biography

Nana Hadiza Akawala from Niger, obtained her Master 2 in documentary filmmaking at Gaston Berger University (UGB) in Saint Louis, Senegal. She also holds a Master 2 in Marketing and International Business Management. She was Director of Television Bonferey and Secretary General of the National Centre of Cinematography of Niger (CNCN). She is currently working at the Ministry of Cultural Renaissance of the Arts and Social Modernisation.

Nana Hadiza Akawala est de nationalité nigérienne. Elle a obtenu son Master 2 en réalisation de film documentaire (bac +5) à l’Université Gaston Berger (UGB) de Saint Louis au Sénégal.  Elle est également titulaire d’un Master2 en Marketing et Management des Affaires Internationales (MMAI).  Elle fut Directrice de la Télévision Bonferey et Secrétaire Générale du Centre National de la Cinématographie du Niger (CNCN). Elle travaille présentement au Ministère de la Renaissance Culturelle des Arts et de la Modernisation Sociale.

Source & Images : Niger Inter

Festival Films Femmes Afrique 2020 - Innocentia Alladagbe: Mothers

Innocentia Alladagbe
Mothers
Benin - 2019 - 20 min - Documentary


Synopsis

Le film raconte le vécu des filles qui tombent enceinte très tôt en milieu scolaire. Ces filles dites filles-mères subissent des violences de tout genre. Violence morale, psychologique, verbale et physique des parents et de la société.

Ce film nous plonge dans leur univers, victimes des fois de leur innocence, qui ont su puiser de leurs rêves le courage et la force de montrer qu’une grossesse n’est pas une fatalité à la réussite.

The film relates the story of girls who get pregnant very early during their education. These so-called child-mothers suffer violence of all kinds. Moral, psychological, verbal and physical violence from their parents and society.

This film immerses us in their universe, and though sometimes victims of their innocence, they were able to draw from their dreams, giving them the courage and the strength to show that a pregnancy does not mean that success is impossible.

Biographie | Biography

Innocentia Alladagbe est née le 21 juillet 1994 à Cotonou. Passionnée du cinéma et de télévision elle a commencé, à l’issue de ses études secondaires en 2015, une formation en journalisme audiovisuel où elle a obtenu sa licence professionnelle à ISMA-BENIN. Journaliste et réalisatrice de film documentaire, elle est l’auteure réalisatrice du film Mothers sorti en janvier 2019.

Innocentia Alladagbe was born on July 21, 1994 in Cotonou. Passionate about cinema and television, she began training in audiovisual journalism after her secondary studies in 2015, where she obtained her professional license at ISMA-BENIN. Journalist and documentary filmmaker, she is the director of the film Mothers released in January 2019.

24 February 2020

Festival Films Femmes Afrique 2020 - Beryl Magoko: In search...

Beryl Magoko 
In Search
Kenya - 2018 - 90 min - Documentary


Synopsis

Un voyage vers la féminité...

Ayant grandit dans un village au Kenya, Beryl pensait que toutes les femmes du monde entier devaient être "excisées" en vivant à un jeune âge, une Mutilation Génitale Féminine.

Dans son documentaire dirigé par l'auteur (elle-même) In Search..., elle explore le dilemme émotionnel en parlant avec des femmes ayant vécu des expériences similaires aux siennes. Beryl essaie de découvrir, pour elle-même, si elle devrait subir l'opération de réparation, une seconde fois un voyage dans l'inconnu.

A journey towards womanhood ...

Having grown up in a village in Kenya, Beryl believed that all women around the world should undergo "excision", hence, living from a young age, a Female Genital Mutilation.

In her documentary In Search..., she explores this emotional dilemma by speaking with women who have had similar experiences to hers. Beryl attempts to discover for herself, if she should undergo the repair operation, a second time into a journey into the unknown.

Biographie | Biography

Beryl Magoko et une réalisatrice Kenyanne. Son premier film The Cut (La Coupure) a reçu plusieurs prix internationaux.

Après ses études en Ouganda, elle déménage en Allemagne pour améliorer ses compétences cinématographiques à KHM à Cologne.

In Search... a fait sa première à Liepzig et a gagné le Prix du Public Leipziger Ring et le Prix du Meilleur Documentaire Etudiant au Festival International de Films Documentaires d'Amsterdam.

Beryl Magoko is a Kenyan director. Her first film The Cut received several international awards.

After studying in Uganda, she moved to Germany to continue her cinematographic studies at KHM in Cologne.

In Search premiered in Liepzig and won the Public Leipziger Ring Award and the Best Student Documentary Award at the International Documentary Film Festival in Amsterdam.