The purpose of the African Women in Cinema Blog is to provide a space to discuss diverse topics relating to African women in cinema--filmmakers, actors, producers, and all film professionals. The blog is a public forum of the Centre for the Study and Research of African Women in Cinema.

Le Blog sur les femmes africaines dans le cinéma est un espace pour l'échange d'informations concernant les réalisatrices, comédiennes, productrices, critiques et toutes professionnelles dans ce domaine. Ceci sert de forum public du Centre pour l'étude et la recherche des femmes africaines dans le cinémas.

08 February 2015

FESPACO 2015 – Raja Amari: “Printemps tunisien” | “Tunisian Spring”


©Nomadis Images
Fespaco 2015 - Feature film in competition | Long métrage en compétition

Printemps tunisien | Tunisian Spring (2014)
Raja Amari (Tunisia|Tunisie)

The filmmaker | La réalisatrice

[English]
Born in 1971 in Tunis. After a Master of Literature and French Civilization at the University of Tunis, Raja Amari took courses at FEMIS (Fondation Européenne de Image et du Son) in Paris, in the scriptwriting department. After leaving FEMIS, she directed two short films April and One Night in July—which won many awards, and a documentary Sur les traces de l'Oubli "In the footsteps of oblivion" on Isabelle Eberhardt. She directed her first feature film, Red Satin (Official Selection Berlin Film Festival in 2002), which received, among other awards, the "Best New Director Award" at the Seattle International Film Festival and the award for "Best Film" at the Torino International Film Festival. "Dowaha - Secrets" (Official Selection Venice Film Festival 2009, Best Feature Film at the Festival of Milan 2010 and the Critics Prize at the Festival of Tübingen in Germany in 2010) was her second feature film.

[Français]
Née en 1971 à Tunis. Après une maîtrise de Littérature et de Civilisation française à l'Université de Tunis, Raja Amari suit des cours à la FEMIS (Fondation Européenne de Image et du Son) en département scénario, à Paris. Après sa sortie de la FEMIS, elle réalise deux courts-métrages "Avril" et "Un soir de juillet" qui ont obtenu de nombreux prix et un documentaire "Sur les traces de l'Oubli" sur Isabelle Eberhardt. Elle réalise son premier long-métrage, Satin rouge (Sélection Officielle Festival de Berlin 2002) qui obtient, entre autres prix, le "Best New Director Award" au Seattle International Film Festival et le prix du "Meilleur film" au Torino International Film Festival. "Dowaha - Les Secrets" (Sélection Officielle Mostra de Venise 2009, Meilleur Long Métrage au Festival de Milan 2010 et Prix de la Critique au Festival de Tübingen 2010 en Allemagne) est son deuxième long-métrage.

Synopsis

[English]
Tunisia, a few weeks before the fall of Ben Ali (in 2011). Three boys and a girl live and survive in a society increasingly oppressive and unequal. Their paths cross that of the Tunisian revolution, an experience that will change their destiny forever. No one will come out unscathed. Each one will pay the price.

[Français]
Tunisie, quelques semaines avant la chute de Ben Ali (en 2011). Trois garçons et une fille vivent et survivent dans une société de plus en plus étouffante et inégalitaire. Leur itinéraire croise celui de la révolution tunisienne et celle-ci les traverse pour changer à jamais leur destin. Aucun n'en sortira indemne. Chacun en paiera le prix.

Analysis/analyse by/par Olivier Barlet 

[English]
A useful reminder of what a dictatorship is and how it demeans individuals, Tunisian Spring can be read as a retrospective meditation on the contradictions at work before and during the historical phase of the revolution, and which the Tunisian youth continue to deal with today, now faced with the inevitability of disillusionment. Despite their dissatisfaction, the contempt that characterises the relationship of the three musicians at the beginning—and we know that it is alive and well, as is the anger of the youth—appears to be the driving force of their survival. (Excerpt from African Women in Cinema Blog)

[Français]
Utile rappel de ce qu'est une dictature et comment elle rabaisse les individus, Printemps tunisien peut se lire comme une méditation a posteriori sur les contradictions à l'œuvre avant et durant la phase historique de la révolution et qui ne cessent de travailler la jeunesse tunisienne aujourd'hui, maintenant confrontée à l'inévitable désillusion. La dérision qui marque au départ les rapports des trois musiciens malgré leur désenchantement semble bien le moteur de leur survie, et on sait qu'elle reste bien vivante, de même que l'est la colère des jeunes. (Extrait d’Africultures)

Source: Africultures

Image: ©Nomadis Images

No comments:

Post a Comment

Relevant comments are welcome - Les discussions constructives sont les bienvenues