The purpose of the African Women in Cinema Blog is to provide a space to discuss diverse topics relating to African women in cinema--filmmakers, actors, producers, and all film professionals. The blog is a public forum of the Centre for the Study and Research of African Women in Cinema.

Le Blog sur les femmes africaines dans le cinéma est un espace pour l'échange d'informations concernant les réalisatrices, comédiennes, productrices, critiques et toutes professionnelles dans ce domaine. Ceci sert de forum public du Centre pour l'étude et la recherche des femmes africaines dans le cinémas.

07 February 2015

FESPACO 2015 - Dyana Gaye: “Des étoiles” | “Under the Starry Sky”

© Dubai 2009, DIFF
Fespaco 2015 - Feature film in competition | Long métrage en compétition

Des étoiles | Under the Starry Sky (2013)
Dyana Gaye (Senegal)
PRIX CEDEAO DE LA MEILLEURE RÉALISATRICE AFRICAINE | ECOWAS BEST WOMAN DIRECTOR AWARD

The filmmaker | La réalisatrice

[English]
Born in Paris in 1975, Dyana Gaye studied film at the University of Paris 8. In 1999, she won the Louis Lumière - Villa Medicis Hors les murs scholarship for her first film, Une femme pour Souleymane, “A wife for Souleymane”, which she directed the following year. In 2004, she directed J’ai deux amours,  the musical sequence scheme for the project "Paris la métisse." Her film Deweneti completed in 2006, received a wide national and international distribution, winning the Jury Prize at the International Short Film Festival in Clermont-Ferrand in 2007 and was one of five films nominated for best short film for a César in 2008. In 2009, she directed Un transport en commun | St. Louis Blues presented at the Locarno Film Festival and, among other festivals, selected at Sundance and Toronto. The film was nominated for the 2011 César for best short film. In 2013, she received an award from the Katrin Cartlidge Foundation at the Sarajevo Film Festival. Under the Starry Sky is her first feature film.

[Français]
Née à Paris en 1975, Dyana Gaye étudie le cinéma à l’Université Paris 8. En 1999, elle est lauréate de la bourse Louis Lumière - Villa Médicis Hors les murs pour son premier film, Une femme pour Souleymane, qu’elle réalise l’année suivante. En 2004, elle réalise J’ai deux amours, plan séquence musical, pour le projet « Paris la métisse ». Son film Deweneti réalisé en 2006 connaît une très large diffusion nationale et internationale, reçoit le prix du jury au festival international du court métrage de Clermont-Ferrand en 2007 et fait partie des cinq films nommés aux César 2008 du meilleur court métrage. En 2009, elle réalise Un transport en commun, comédie musicale présentée au festival de Locarno et sélectionnée entre autres aux festivals de Sundance et de Toronto. Ce film est nommé aux César 2011 du meilleur court métrage. En 2013, elle reçoit le prix de la fondation Katrin Cartlidge lors du festival du film de Sarajevo. Des étoiles est son premier long métrage.

Synopsis

[English]
Between New York, Dakar and Turin, the fate of Sophie, Abdoulaye and Thierno come together and intertwine. There are the initial disappointments during pivotal encounters; their journey will lead them to choose freedom.

"The idea is not to construct a Senegalese or African identity but rather to capture the movement, with displacement and circulation as “principe d’invention”…It is difficult in large cities today to imagine that one is simply composed of a single culture, there is a multitude of interactions generated by successive waves of migration, and creating beyond these intermixtures, forms of contamination. The Senegalese diaspora, located about everywhere in the world, is very organized, with a very strong attachment to their country of origin. North America represents the absolute possibility and fantasyland for the youth of Africa. France and Europe are considered only as a stage. The counterpoint that Thierno represents seemed necessary to me; it accomplishes the opposite trajectory, whereas the African-American culture - from rap to Blaxploitation – is largely infused in Senegalese culture. There is an African-American fantasy of the African continent, including Senegal and Goree Island where ships loaded with slaves left for America."

[Français]
Entre New York, Dakar et Turin, les destins de Sophie, Abdoulaye et Thierno se croisent et s’entremêlent. Des premières désillusions aux rencontres décisives, leur voyage les mènera à faire le choix de la liberté.

"L’idée n’est pas de fixer une identité africaine ou sénégalaise mais plutôt d’en saisir le mouvement, avec ici le déplacement et la circulation comme principe d’invention. Tout cela est un peu à l’image de ce que je suis : je ne peux pas me résoudre à dire que je ne suis que sénégalaise ou que française ; je suis la rencontre des deux, avec un peu d’Italie aussi ! Il est difficile dans les grandes villes aujourd’hui de concevoir que l’on est simplement constitué d’une seule culture, il y a une multitude d’interactions créées par les mouvements migratoires successifs, créant, au-delà des métissages, des formes de contamination. La diaspora sénégalaise est implantée un peu partout dans le monde, très organisée, avec une très forte appartenance à leur pays d’origine. L’Amérique du Nord représente le véritable horizon et la terre de fantasme de la jeunesse du continent africain. La France et l’Europe ne sont envisagées que comme une étape. Le contrepoint représenté par Thierno me semblait indispensable, ce dernier accomplit le trajet inverse, tandis que la culture afro-américaine – du rap à la Blaxploitation – a largement infusé dans la culture sénégalaise. Il y a un fantasme des afroaméricains pour le continent africain, notamment le Sénégal et l’île de Gorée d’où partaient les bateaux chargés d’esclaves pour l’Amérique."

Source: Dossier de presse | Press kit (par/de Arnaud Hée): http://www.hautetcourt.com/film/fiche/208/des-etoiles 

Photo of/de Dyana Gaye: Sudplanete.net 


No comments:

Post a Comment

Relevant comments are welcome - Les discussions constructives sont les bienvenues