The purpose of the African Women in Cinema Blog is to provide a space to discuss diverse topics relating to African women in cinema--filmmakers, actors, producers, and all film professionals. The blog is a public forum of the Centre for the Study and Research of African Women in Cinema.

Le Blog sur les femmes africaines dans le cinéma est un espace pour l'échange d'informations concernant les réalisatrices, comédiennes, productrices, critiques et toutes professionnelles dans ce domaine. Ceci sert de forum public du Centre pour l'étude et la recherche des femmes africaines dans le cinémas.

ABOUT THE BLOGGER

My photo
Director/Directrice, Centre for the Study and Research of African Women in Cinema | Centre pour l'étude et la recherche des femmes africaines dans le cinéma

13 April 2020

Pionnière cinéaste Sarah Maldoror nous a quitté | Pioneer cineaste Sarah Maldoror has passed away (1929 - 2020)

Pionnière cinéaste Sarah Maldoror nous a quitté | Pioneer cineaste Sarah Maldoror has passed away (1929-2020)

“African women must be everywhere. They must be in the images, behind the camera, in the editing room and involved in every stage of the making of a film. They must be the ones to talk about their problems” (Interview by Jadot Sezirahiga in Ecrans d'Afrique/African Screens - No. 12 1995).

"La femme africaine doit être partout. Elle doit être à l'image, derrière la caméra, au montage, à toutes les étapes de la fabrication d'un film. C'est elle qui doit parler de ses problemes... (Entretien par Jadot Sezirahiga, Ecrans d'Afrique, no 12, 1995).

For Sarah Maldoror, Guadeloupian of African descent, filmmaking was a weapon for struggle and liberation from the very beginning of her experiences in cinema. She co-founded the theatre group the Compagnie d’Art Dramatique des Griots in Paris in 1956. From 61-62, she studied cinema in the Soviet Union at the Gorki studio under the direction of Sergei Gerasimov and Mark Donskoy. She worked as Gillo Pontecorvo’s assistant on the classic film, The Battle of Algiers, released in 1966. In 1972 Sarah Maldoror directed her emblematic oeuvre, Sambizanga, which relates María's experience during the Angola liberation struggle.

Après des études de théâtre et la création de la première troupe noire "les Griots", Sarah Maldoror, née à Condom (Gers) en France, d'origine guadeloupéene, se rend à Moscou, en 61-62, pour étudier le cinéma au studio Gorki, sous la direction de Guerassimov et Marc Donskoï. Elle est très tôt engagée avec l'Afrique. Avec son compagnon Mario de Andrade, poète et home de lettres angolais et premier président du Mouvement popular de la Liberation de l'Angola, elle sera témoin de la guerre contre l'occupation portugaise. Elle choisi le cinéma comme arme. Sambizanga (1972) raconte la prise de conscience de María, une femme à la recherche de son mari, arrêté par la police portugaise. D'Alger, à Praia, de Luanda à Fort-de-France, d Paris à Bissau, son champ d'action cinématographique est très vaste.

In 2011, Sarah Maldoror received the National Order of Merit from the French government for her contribution to culture:
Dear Sarah Maldoror, you are an outspoken rebel, a fighter of injustices, a resolute humanist. Throughout your career, through the lens of your camera, you have always fought in order to tell and present, realistically and poetically the harshest of realities. For all of us, your perspective of the memory of slavery and colonialism has a distinct value. On behalf of the President of the Republic, we declare you a Knight of the National Order of Merit. (Website: French Government  - in French of speech by Frédérique Mitterand, minister of Culture et Communication)

En 2011, Sarah Maldoror a reçu l'Ordre national du mérite  pour sa contribution à la culture :
Chère Sarah Maldoror, vous êtes une révoltée au franc-parler, une combattante des injustices, une humaniste résolue. Tout au long de votre carrière vous n’avez eu de cesse de fustiger, d’informer et de montrer les réalités les plus dures à l’objectif de votre caméra à la fois réaliste et poétique. Votre regard sur la mémoire de l’esclavage et du fait colonial a pour nous tous une valeur unique. Au nom du Président de la République, nous vous faisons Chevalier dans l’ordre national du Mérite. (Source:  Culture.gouv.fr - Discours de Frédérique Mitterand, ministre de la Culture et de la Communication)

The 1998 film, Sarah Maldoror ou la nostalgie de l'utopie by Togolese Anne-Laure Folly, pays tribute to Sarah Maldoror and her work.

A portrait of the filmmaker Sarah Maldoror, one of the rare socially-politically committed women cinéastes involved in the liberation struggles in Angola. She strives through her films, to make the experiences of war in Africa known. As a politically engaged filmmaker, Sarah Maldoror has always believed in the importance of cinema as a means to depict politic and social change and the struggles for independence. Having acquired real experience during the bloody wars against the Portuguese colonizer, she uses cinema as a means to express herself and as an artistic tool for struggle. Through excerpts from Sarah Maldoror's films and testimonies of francophone writers and actors, the film reveals a concise approach to her character, to her fight for problems concerning Black people, the defense of black writers of the French language, and her artistic choices: films such as Fogo, sur les îles du Cap-vert, brings into question the colonial past, as well as fiction works such as Sambizanga, regarding the liberation movements in Angola, or Damas, regarding French Guiana, all of which, as examples of her repertoire of works, highlight the solidarity of these people.


Sarah Maldoror ou la nostalgie de l'utopie (1998) de la Togolaise Anne-Laure Folly, rend hommage à Sarah Maldoror:

Portrait de la réalisatrice Sarah Maldoror, l'une des rares femmes cinéastes engagée au côté des luttes de libération en Angola, qui s'attache à faire connaître par ses films les guerres africaines. Réalisatrice engagée, Sarah Maldoror a toujours cru dans l’importance du cinéma pour dépeindre les changements politiques et sociaux et les luttes pour l’indépendance. Ayant acquis une réelle expérience durant les guerres sanglantes contre le colonisateur portugais, elle s’exprime à travers le cinéma, revendiquant cette forme d’art comme outil de combat. A travers des extraits de ses films, et des témoignages d'écrivains et comédiens francophones, ce film offre une approche précise du personnage de Sarah Maldoror, de son combat pour la question noire, la défense des écrivains noirs de langue française, et de ses choix artistiques : les films comme Fogo, sur les îles du Cap-vert, mettant en cause le passé colonial, ou des fictions comme Sambizanga, sur les mouvements de libération en Angola, ou encore Damas sur la Guyane française, sont autant d'exemples de l'œuvre de cette réalisatrice toute entière tournée vers la solidarité avec ces peuples.


Also read on the African Women in Cinema Blog :

REFLECTIONS ON Another Gaze presents: The Legacies of Sarah Maldoror (1929–2020) - 12 May 2020

Sarah Maldoror: Behind the cloud | Derrière le nuage

Remember Sarah Maldoror : A Pioneer in Cinema

Pionnière cinéaste Sarah Maldoror nous a quitté | Pioneer cineaste Sarah Maldoror has passed away (1929 - 2020)

Sarah Maldoror: Role Model and Pioneer

No comments:

Post a Comment

Relevant comments are welcome - Les discussions constructives sont les bienvenues