The purpose of the African Women in Cinema Blog is to provide a space to discuss diverse topics relating to African women in cinema--filmmakers, actors, producers, and all film professionals. The blog is a public forum of the Centre for the Study and Research of African Women in Cinema.

Le Blog sur les femmes africaines dans le cinéma est un espace pour l'échange d'informations concernant les réalisatrices, comédiennes, productrices, critiques et toutes professionnelles dans ce domaine. Ceci sert de forum public du Centre pour l'étude et la recherche des femmes africaines dans le cinémas.

ABOUT THE BLOGGER

My photo
Director/Directrice, Centre for the Study and Research of African Women in Cinema | Centre pour l'étude et la recherche des femmes africaines dans le cinéma

11 March 2019

Nadia El Fani: response to SemFilms.org | réponse à SemFilms.org - Dawa, l’appel à Dieu

Nadia El Fani: response to SemFilms.org | réponse à SemFilms.org - Dawa, l’appel à Dieu

To put in context the present debate, please read Nadia El Fani’s commentary published at the end of the article “My Last Fespaco”:

Pour contextualiser ce débat, veuillez lire le commentaire par Nadia El Fani, publié à la fin de l’article « Mon dernier Fespaco »:


Translation of the introductory paragraph published in Semfilms.org (in French): “Dawa, the call to God, a jihadist progaganda film?” by the producers of the film, Gideon Vink, Abdoulaye Diallo, Youlouka Damiba--Association Semfilms Burkina “We are obliged to react publicly to the commentary of Nadia El Fani, president of the documentary jury of Fespaco 2019, who refers to our production, Dawa, l’appel à Dieu, as an ‘insidious and dangerous propaganda film’. The comments of which she wanted to relay at the closing ceremony of the festival, which are now circulating on social media.” 

Semfilms.org : « Dawa, l’appel à Dieu un film de propaganda jihadiste ? » par Gideon Vink, Abdoulaye Diallo, Youlouka Damiba Producteurs du film Association Semfilms Burkina: Nous sommes obligés de réagir publiquement aux propos de Nadia El Fani, présidente du jury documentaire du Fespaco 2019, qui qualifie notre production « Dawa, l’appel à Dieu » un « film de propagande insidieuse et dangereuse ». Propos qu’elle a voulu relayer à la cérémonie de clôture du festival, qui se trouvent désormais sur les réseaux sociaux. Lire l'intégralité du texte @ Semfilms.org

***
Nadia El Fani:
English translation [Français ci-après]
Some of you asked me about my response to the article published on the SemFilms blog [by the producers of Dawa, l’appel à Dieu replying to my comments regarding the said film]. Here is my response, which I left them the liberty to post on their blog, I found that to be fair play ... they chose not to do so, hence ... I persist and sign ...

This is why I persist in my warning about Dawa, l’appel à Dieu (Dawa, the call to God). I watched the film again and even took notes; I have not changed my mind. And I also re-read our statement regarding the film. I think it is measured because it places our alert in the current context:

"Living together" as you say, should not leave room for naivety or indulgence. Once again, a film looks at itself with what we are given to see, not with intentions explained a posteriori. This film, I maintain, defends the Dawa (preaching), a religious proselytization without nuances, a call to follow religion to the letter, without reservations ...

This is the framework of an official competition in a festival that, as we have recalled in our text, defends certain values of progress, freedom, diversity, emancipation of women, etc.

Nobody denies Malik Konaté the right to make the film he wants ... But what about a film in which (and these are just some examples):

- it is said in the commentary Dawa is seen as a cult, "it encourages people to follow Islam, urges people to be in the service of God"

- Islamic proselytism is presented as a duty "to incite people to adore God", we also see an evangelist friend of the director go to the markets convince women to veil and even make remarks when it is not the case, and we see him later at home with his wife, who is completely veiled in black and revealing only her eyes,

- the radio show presents the director as "a man of all Islamic struggles", and when a listener asks a question about the leaders of Dawa who were the leaders of the terrorists, the question is evaded in favor of a laconic definition of Dawa by the director: "which shows the way of God to enter paradise", then a comment from the presenter who says Dawa is not involved in the terrorist network, it is not good to lie "...

- The director is only part of a condition and of the questions he asks ... But he still does not give a critical view regarding Dawa ...

Towards the 58 to 60 minutes of the film there is again the friend of the director, the preacher at the market in the beginning, who clearly says "I partially agree with the jihadists, men have turned away from the path of God, with homosexuality evil is soaring, and so on, I have a rage against deviance, jihad is still there, it is the form that must change." Again no comment from the director, no contradiction. The scene is cut to connect to the imam "it is necessary to sensitize the people so that they become good Muslims and to promote Islam"...

In fact, we did watch the entire film at Fespaco, although it is true that sometimes there were ill-timed stops on some images, but the film continued. It was painful to see a film in these conditions, it's true, but watching again on my computer, I can say it is the same film that I saw.

That we get along well, in Tunisia we know Dawa which broadly speaking means preaching (see a more precise definition below) ... In Tunisia it is Ansar al-Sharia, those which I show in my film Même Pas Mal | No Harm Done, who say they do not want democracy, they want a theocracy ... Dawa does not differ: "since we must urge people to follow Islam", "to serve God"; hence the use of the term "insidious propaganda" in our text. The film claims to criticize the violence of terrorist groups while saying "it is God who wanted this ... and there must be a reason because he is the one who brought this and that a good Muslim must accept it...". At no time does the director deny this "Dawa movement", he speaks of justifiable or unjustifiable accusations and says that he asks himself a thousand questions…but there are no answers, no criticism or contradictions concerning for example, the homophobic statements of his friend, or the injunction made for women to wear the veil etc ...

You have accused me of disseminating our statement without the consent of my jury, it is good to have erased these defamatory remarks from my FaceBook page. Nevertheless, I wish to reiterate that this text was approved by all the members of the Jury and that it presents itself as an alert in a context where the fight against Islamism (political Islam) in Africa and elsewhere is taking place on all fronts, because it is our future and that of our children that is being played out: Do we want a free and democratic society or will we let those who intend to establish a theocracy take our destiny in hand? I am in favor of the principle of "not letting anything pass".

The meanings of Dawa: The root of the â, in the Quran, has several registers of meaning: call, invitation, invocation of God or prayer. The word da`wa which results from it indicates the invitation, made to the men by God and the prophets, to believe in the true religion (sura 14, verse 44). The Prophet Muhammad's mission was to renew this call, which becomes "the call to Islam" or "the call of the Messenger [of God]. Before, it has been admitted that the religion of all prophets is Islam, each prophet having his own call (even the false prophets used the word da`wa to designate their preaching). There are legal implications for defining the kind of punishment inflicted on infidels according to the degree of their knowledge of this call. Muslims, on the other hand, are obliged to invite all those whom the da`wa has not previously reached to embrace Islam: this exhortation must formally precede any combat. It contains, constitutively, an acceptance of rallying to Islam, in a sense of "invitation to the happy life". The meaning of the word logically extended to the very content: the religious law. Thus, some texts use the words da`wa Sunna ("tradition"), Sharia ("religious law") and Dîn ("religion") interchangeably and in equivalence. The term also applies to the community of men who answered the call of the Prophet. We then speak of a "consensus of the call" (ijtima 'al-da'wa). Finally, we can give it a meaning both political and religious, as does Ibn Khaldoun, for whom the da`wa is one of the tools that serve to found a new empire.


Nadia El Fani :
Certain-e-s d'entre vous m'ont demandé ma réponse suite à la publication de SemFilms sur leur blog que je reposte plus bas... Voici donc ma réponse, je les avait laissé libres de poster sur leur blog, je trouvais cela plus fairplay... Ils ne l'ont pas fait... Je persiste et signe...

Voici pourquoi je persiste et signe à propos de Dawa, l'appel à Dieu.
J’ai revu le film et même pris des notes, je ne change pas d'avis. Et j’ai aussi relu notre déclaration à son sujet. Je pense qu’elle est mesurée car elle place notre alerte dans le contexte actuel …

"Le vivre ensemble" comme vous dites ne doit pas laisser de place à la naïveté ni à l’indulgence. Encore une fois, un film se regarde avec ce qu’on nous donne à voir, pas avec des intentions expliquées à postériori… Ce film, je le maintiens, défend la Dawa (prédication), un prosélytisme religieux sans nuances, un appel à suivre la religion à la lettre, sans réserves…

Il s’agit là du cadre d'une compétition officielle dans un festival qui comme nous l’avons rappelé dans notre texte défend certaines valeurs de progrès, de liberté, de mixité, d'émancipation des femmes, etc…
Personne ne dénie à Malik Konaté le droit de faire le film qu’il veut… Mais que penser d'un film dans lequel (et ce ne sont que quelques exemples) :

- c’est dit dans le commentaire Dawa est vue comme une secte, "elle incite les gens à suivre l’Islam, exhorte les gens à être au service de dieu"

-on présente le prosélytisme islamique comme un devoir “inciter les gens à adorer dieu”, on voit d’ailleurs un prédicateur ami du réalisateur aller sur les marchés convaincre les femmes de se voiler et même leur faire des remarques quand ce n’est pas le cas, et on le voit plus tard chez lui avec sa femme entièrement voilée de noir et ne laissant apparaitre que ses yeux,

-on présente lors d'une émission radio le réalisateur comme "un homme de tous les combats islamiques”, et quand un auditeur pose une question sur les leaders de Dawa qui ont été les chefs des terroristes, la question est éludée au profit d’une définition laconique de Dawa par le réalisateur : "qui montre la voie de dieu pour entrer au paradis" puis d’un commentaire du présentateur qui dit Dawa n’est pas mêlée au réseau terroriste, il n’est pas bon de mentir"…

-Le réalisateur ne fait part que d’un malaise et de questions qu’il se pose… Mais ne donne toujours pas d’avis critique envers Dawa…

Vers les 58 à 60 minutes du film il y a de nouveau l’ami du réalisateur, le prédicateur sur les marchés du début qui dit clairement " Je suis en partie d’accord avec les djihadistes, les hommes se sont détournés de la voie de dieu, le mal prend de l’ampleur avec l’homosexualité et j’en passe. J’ai la rage contre les déviances. Le djihad est toujours là, c’est la forme qui doit changer". Là encore pas de commentaire du réalisateur, pas de contradiction. Le plan est coupé pour raccorder sur l’imam "il faut sensibiliser le gens pour qu’ils deviennent des bons musulmans et faire la promotion de l’islam"…

Finalement nous avons bien vu le film en entier au Fespaco même s’il est vrai qu’il avait parfois des arrêts sur images intempestifs, mais le film reprenait. C’était pénible de voir un film dans ces conditions, c’est vrai, mais en le revoyant sur mon ordinateur je peux dire que c’est le même film que j’avais vu.

Que l’on s’entende bien, en Tunisie nous connaissons Dawa qui signifie en gros prédiction (ci-dessous une définition plus précise)... En Tunisie c'est Ansar al-Charia, ce sont ceux que je montre dans mon film Même Pas Mal qui disent qu'ils ne veulent pas de la démocratie, qu'ils veulent une théocratie… Dawa ne dit pas le contraire "puisqu'il faut exhorter les gens à suivre l'Islam", " à se mettre au service de dieu". D'où l'emploi du terme "propagande insidieuse" dans notre texte,
Le film prétend faire une critique de la violence des groupes terroristes tout en disant "que c'est dieu qui a voulu ça… et qu'il doit y avoir une raison puisqu'il a amené ça et qu'en bon musulman on doit accepter ça…". A aucun moment le réalisateur ne renie ce "mouvement Dawa", il parle d'accusations fondées ou infondées et dit qu'il se pose mille questions… mais pas de réponses, ni de critique ou de contradictions concernant par exemple les déclarations homophobes de son ami, ou de l'injonction faites aux femmes de porter le voile etc…

Vous m'aviez soupçonnée d'avoir diffusé notre déclaration sans l'accord de mon jury, c'est bien d'avoir effacé ces propos diffamants de ma page Face Book. Néanmoins je tiens à redire que ce texte avait été approuvé par tous les membres du Jury et qu'il se présent comme une alerte dans un contexte où la lutte contre l'islamisme (l'islam politique) en Afrique et ailleurs se mène sur tous les fronts, car c'est notre avenir et celui de nos enfants qui se joue : Voulons-nous d'une société libre et démocratique ou laisserons-nous ceux qui entendent instaurer une théocratie prendre en main notre destin?  Je suis partisane du principe de "ne rien laisser passer".

Significations de Dawa : La racine d.’ â., dans le Coran, a plusieurs registres de signification : appel, invitation, invocation de Dieu ou prière. Le mot da`wa qui en découle désigne l’invitation, faite aux hommes par Dieu et les prophètes, à croire en la vraie religion (sourate 14, verset 44). Le prophète Mahomet a eu pour mission de renouveler cet appel, qui devient « l’appel à l’islam » ou « l’appel de l’Envoyé [de Dieu]. » Auparavant, on aura admis que la religion de tous les prophètes est l’islam, chaque prophète ayant son propre appel (même les faux prophètes ont usé du mot da`wa pour désigner leur prédication).  Des implications juridiques interviennent pour définir le genre de châtiment à infliger aux infidèles selon le degré de leur connaissance de cet appel. Les musulmans, quant à eux, sont tenus d’inviter à embrasser l’islam tous ceux que la da`wa n’a pas préalablement atteints : cette exhortation doit précéder formellement tout combat. Elle contient, constitutivement, une acceptation de ralliement à l’islam, dans un sens d’« invitation à la vie bienheureuse ».  La signification du mot s’est logiquement étendue au contenu même : la loi religieuse. Aussi certains textes utilisent-ils indifféremment et en équivalence les mots da`wa Sunna (« tradition »), Sharia (« loi religieuse ») et Dîn (« religion »). Le terme s’applique également à la communauté des hommes qui ont répondu à l’appel du Prophète. On parle alors de « consensus de l’appel » (ijtimâ’ al-da’wa) Enfin on peut lui donner un sens à la fois politique et religieux comme le fait Ibn Khaldoun, pour qui la da`wa est un des outils qui servent à fonder un empire nouveau.



No comments:

Post a comment

Relevant comments are welcome - Les discussions constructives sont les bienvenues