The purpose of the African Women in Cinema Blog is to provide a space to discuss diverse topics relating to African women in cinema--filmmakers, actors, producers, and all film professionals. The blog is a public forum of the Centre for the Study and Research of African Women in Cinema.

Le Blog sur les femmes africaines dans le cinéma est un espace pour l'échange d'informations concernant les réalisatrices, comédiennes, productrices, critiques et toutes professionnelles dans ce domaine. Ceci sert de forum public du Centre pour l'étude et la recherche des femmes africaines dans le cinémas.

04 May 2012

«Le dos de la veuve», le documentaire engagé de la camerounaise Mary-Noël NIBA, critique par Maturin Petsoko


Le dos de la Veuve, le documentaire engagé de la camerounaise Mary-Noël Niba. Critique par Maturin Petsoko. Journal du Cameroun, 26/04/2012.

« Le dos de la veuve », c’est l’histoire de deux protagonistes: Pauline et Patience. L’héroïne principale (Pauline) est une mère dont la vie a été foudroyée par la mort subite de son mari. A peu près la quarantaine, mère de six enfants, elle est contrainte par la force des traditions ancestrales d’accepter le frère cadet de son défunt mari comme l’héritier des biens de celui-ci. Ce statut accorde également au successeur une responsabilité maritale sur la veuve. Harcelée sexuellement par le successeur, petit frère du défunt, elle refuse de se laisser conquérir par cet enfant qu’elle a pratiquement élevé, et finit par se faire chasser avec ses enfants, de la maison qu’elle a construite. Bravant les tabous, Pauline décide de se battre et dénonce avec ses petits moyens, les abus et dérives de cette tradition. Les deux protagonistes (Pauline et Patience), jeunes veuves abandonnées dans le dénuement, vont plaider leur cause devant le Fon, chef traditionnel. Devant les hésitations du tribunal coutumier à trouver des solutions, même dans la peur des dieux koms, elles veulent trouver dans les lois de la République le verdict juste. « Le Dos de la Veuve », met donc en scène le combat bouleversant des femmes battantes, qui se sentent spoliées, abusées et abandonnées par la société, mais qui ont de la verve et de l'audace, mâtinée de soumission à la volonté divine. Une chose est sûre: Ni elles ni leurs filles ne courbent l'échine devant les coutumes et les traditions qui donnent tous les droits aux hommes. Lire l'article en intégralité sur http://journalducameroun.com/article.php?aid=11200

Interview translated from French to English by Beti Ellerson.