The purpose of the African Women in Cinema Blog is to provide a space to discuss diverse topics relating to African women in cinema--filmmakers, actors, producers, and all film professionals. The blog is a public forum of the Centre for the Study and Research of African Women in Cinema.

Le Blog sur les femmes africaines dans le cinéma est un espace pour l'échange d'informations concernant les réalisatrices, comédiennes, productrices, critiques et toutes professionnelles dans ce domaine. Ceci sert de forum public du Centre pour l'étude et la recherche des femmes africaines dans le cinémas.

24 October 2011

Scénarios d'Afrique 2011: Une forte présence féminine

Scénarios d'Afrique a pour but de fournir aux jeunes une opportunité unique d'en apprendre plus sur le VIH/SIDA. Il les aide à comprendre la portée de l'épidémie pour leur propre vie quotidienne et pour leurs amis, leur famille et leur communauté. Il leur permet d'informer les autres à travers l'Afrique sur la nécessité de se protéger de l'infection à VIH et de soutenir ceux qui sont les plus directement affectés.

Inspiré de « 3 000 Scénarios contre un virus », un projet mené en France entre 1992 et 1994, "Scénarios du Sahel" a été conçu en 1997. Des milliers de jeunes au Sénégal, Mali et Burkina Faso ont pris part au concours qui les invitait à proposer des idées de petits films sur le VIH/SIDA. Le concours a été si bien accueilli qu'un second concours a été organisé en 2000.

Élargi sur le plan géographique en 2002, le concours devient Scénarios d'Afrique. Au cours des éditions 2002, 2005 et 2007/8 du concours, des jeunes de toutes les sous-régions du continent y ont pris part grâce aux efforts collectifs de plus de 1.500 organisations travaillant en partenariat au niveau communautaire.

Jusqu’ici, 145.875 jeunes originaires de 47 pays africains ont participé aux concours Scénarios d'Afrique

L'édition 2011 de Scénarios d'Afrique a eté marquée par une forte présence féminine - les 25 scénarios venants de partout du continent: 7 textes de l’Afrique centrale ; 6 de l’Afrique de l’ouest ; 6 de l’Afrique de l’est ; et 6 de la région sud. Parmi les 25 lauréats, 17 sont des filles/jeunes femmes dont la plus jeune est âgée de 12 ans! En outre, deux jeunes lauréates ont décroché deux des trois grands prix!

Mounifa Bodi (Togo)
Hermance Donoumassou (Benin)
Rose Dusabe (Rwanda)
Augustine Gamene (Burkina Faso)
Kui Gathinji (Kenya)
Grace Gutu (Zimbabwe)
Nikita Heaven Iradukunda (Rwanda)
Catherine Kimotho (Kenya)
Nyasha Michel (Afrique du Sud)
Shile Motsa (Swaziland)
Anne Matho Motsou (Cameroun) 
Sanele Mpofu (Zimbabwe)
Ella Liliane Mutuyimana (Rwanda)
Rosine Nacouli (Burkina Faso)
Rosine Kakou Fonou N’guessan (Côte d'Ivoire)
Nadine Essomba Ngongang (Cameroun)
Samkelisiwe Simelane (Swaziland)

1ère Place au Concours à Augustine Gamene du Burkina Faso et son équipe malgache:

Félicitations à Augustine Gamene, 22 ans, de Tampouy, Ouagadougou, Burkina Faso, et ses coéquipières originaires de Madagascar, à savoir Hasina Rabesiaka et Haingosoa Geneviéve Razafindravaondrina ! 

Augustine, Hasina et Haingosoa ont écrit l’histoire de Malika, une élève d’école primaire qui vit avec le VIH. Son médecin fait preuve de beaucoup de patience et de créativité pour expliquer à Malika en termes simples ce que le VIH cherche à faire dans le corps humain, ainsi que le fonctionnement de ses ARVs. L’histoire souligne aussi les effets néfastes de la stigmatisation et l’importance du soutien et de l’amour de l’entourage.

Prix spécial de la 3ème place à Rosine Kakou Fonou N'Guessan de Côte d'Ivoire:

Félicitations à Rosine Kakou Fonou N'Guessan, 23 ans, d’Abidjan, Côte d'Ivoire !  L’héroïne de son texte, intitulé « La Lettre », est la jeune Olivia. Vivant avec le VIH depuis sa naissance, Olivia annonce à son petit ami qu’elle est séropositive. Il devient distant avec elle et finit par lui envoyer une lettre de rupture. Elle lui répond à son tour en utilisant le même canal et en le sensibilisant.

Olivia écrit : « Je sais que tous les hommes ne sont pas comme toi. Je sais qu’un jour, quelque part, un homme spécialement préparé pour moi, saura voir en ma personne les qualités qu’il recherche en une épouse : la beauté, l’intelligence, la crainte de Dieu, le respect, l’amour et j’en passe. Je sais qu’un jour je rencontrerai quelqu’un qui sera intéressé par la pureté de mon cœur et non la pureté de mon sang. »

Mounifa Bodi du Togo fait partie des 25 lauréats internationaux:

Félicitations à Mounifa Bodi, 19 ans, de Lomé, Togo ! Mounifa a écrit une histoire de détournement de fonds et d’ARV au sein d’une organisation de prise en charge du VIH. Les crimes commis par l’équipe de gestion mènent à une rupture de stock d’ARV. Le problème est résolu, et les coupables arrêtés, grâce à l’activisme acharné d’un groupe de PVVIH, ainsi qu’à la détermination d’un homme intègre, à savoir le président du conseil d’administration de l’organisation.

Hermance Donoumassou du Benin fait partie des 25 lauréats internationaux:

Félicitations à Hermance Donoumassou, 18 ans, de Porto-Novo, Benin ! Voici son propre résumé de son texte : « Martin, professeur en classe de terminale découvre fortuitement un jour, que l’un de ses meilleurs élèves consomme de la drogue. Pour l’en dissuader, et toucher du même coup, toute sa classe, il décide de leur raconter l’histoire de sa propre sœur infectée au VIH suite à une injection de drogue à l’aide d’une seringue infectée. »

Rose Dusabe de Rwanda fait partie des 25 lauréats internationaux:

Félicitations à Rose Dusabe, 18 ans, de Kigali, Rwanda ! Haut et fort, Rose lance un appel à la communauté anti-SIDA de rendre les programmes de sensibilisation accessibles aux sourds et malentendants.

Kui Gathinji du Kenya fait partie d des 25 lauréats internationaux:

Félicitations à Kui Gathinji, 23 ans, de Uplands, Kenya !  A travers son texte, Kui s’est révélée comme étant une jeune écrivaine talentueuse. Dans son « Histoire d’espoir », elle nous parle du courage et de l’empathie des personnes – toujours plus nombreuses – qui sont nées avec le VIH et qui deviennent des ressources inestimables dans nos communautés.

Grace Gutu du Zimbabwe fait partie des 25 lauréats internationaux:

Félicitations à Grace Gutu, 23 ans, de Harare, Zimbabwe ! Son histoire traite une question sensible à laquelle des personnes vivant avec le VIH sont souvent confrontées : faire confiance à la médecine moderne, avec ses ARV et ses contrôles cliniques et biologiques, ou bien croire à ceux qui prétendent être capable de « guérir » le VIH/SIDA par la prière. Que faire ?

Nikita Heaven Iradukunda de Rwanda fait partie des 25 lauréats internationaux:

Félicitations à Nikita Heaven Iradukunda, âgée de 12 ans, de Kigala, Rwanda ! Son émouvante histoire de fiction intitulée « Ma mère et moi » est un bel exemple d’un dialogue sain, franc et ouvert au sein d’une famille.

Catherine Kimotho du Kenya fait partie des 25 lauréats internationaux:

Félicitations à Catherine Kimotho, 24 ans, de Nairobi, Kenya !  Le début de son histoire fictive nous tombe dessus comme un choc. Il s’agit d’une nuit de terreur dans un bordel, vécue par une jeune femme qui avait été vendue par sa propre famille à un réseau de prostitution. Deuxième séquence de l’histoire, deuxième choc : on retrouve cette même jeune femme, de nouveau angoissée, mais pour une toute autre raison. Libérée de la prostitution, elle se prépare à présenter un projet de sensibilisation du VIH devant un comité. Une renaissance en force !

Nyasha Michel d'Afrique du Sud fait partie des 25 lauréats internationaux:

Félicitations à Nyasha Michel, 14 ans, de Kwambonambi, Afrique du Sud ! Dans son texte, Nyasha raconte l’histoire émouvante d’une jeune fille nommée Rudo. Son père n’est plus ; c’est à Rudo seule de prendre soin de sa mère, qui vit avec le SIDA. Rudo mène et gagne deux batailles : une contre une méchante camarade de classe qui cherche à la stigmatiser, et l’autre pour convaincre sa mère à prendre son traitement à sérieux, pour elle.

Shile Motsa de Swaziland fait partie des 25 lauréats internationaux:

Félicitations à Shile Motsa, 13 ans, du Swaziland ! Sihle a écrit une histoire déchirante de violence conjugale, racontée du point de vue d’une fille dont la mère est battue régulièrement par son père. Elle lance un appel : « S’il vous plaît, si vous êtes victime de violences, ne gardez pas ça pour vous. Racontez la vérité à quelqu’un. »

Anne Matho Motsou du Cameroun fait partie des 25 lauréats internationaux:

Félicitations à Anne Matho Motsou, 20 ans, de Douala, Cameroun ! Son texte, intitulé « Les inquiétudes d'une mère », traite un problème qui pose un énorme dilemme aux mères vivant avec le VIH, à savoir l’allaitement au sein.

L’OMS recommande aux mères séropositives d’allaiter exclusivement au sein pendant les six mois suivant la naissance de leur enfant à moins qu’elles ne disposent d’une alimentation de substitution:
• acceptable socialement;
• pratique (matériel et aide disponible pour préparer les biberons);
• abordable (il est possible d’acheter la préparation pour six mois);
• utilisable à long terme (pendant six mois);
• sûre (la préparation peut être mélangée à de l’eau potable, dans de bonnes conditions d’hygiène).

Sanele Mpofu du Zimbabwe fait partie des 25 lauréats internationaux:

Félicitations à Sanele Mpofu, 22 ans, de Harare, Zimbabwe !  Sanele, qui a une très belle plume, a créé l’histoire d’une jeune femme nommée Amina. Après avoir appris qu’elle est non seulement enceinte (à sa grande surprise), mais aussi séropositive, elle fait un immense voyage émotionnel : choc, déni, colère, négociation, dépression et, enfin, acceptation.

Ella Liliane Mutuyimana de Rwanda fait partie des 25 lauréats internationaux:

Félicitations à Ella Liliane Mutuyimana, 22 ans, de Kigali, Rwanda ! Dans sa note d’intention, elle écrit : « L’écriture de ce scénario est basée sur l’envie que les enfants ont de toujours être mis au courant de tout, de pas être mis à part quand il arrive une chose anormale, mais plutôt d’être préparé. » Ella Liliane nous raconte l’histoire d’une fille nommée Emily qui vient de perdre ses parents à cause du SIDA et d’apprendre qu’elle vit avec le VIH. Personne ne lui a jamais rien dit. Rien. Ella Liliane lance un appel, un cri de cœur : il faut absolument qu’on parle, franchement et longuement, avec les enfants affectés par le VIH, qu’on les écoute attentivement pour comprendre leurs angoisses. « LE SIDA NE SE GUERIT PAS, MAIS LES CŒURS DE CEUX QUI L'ONT GUERISSENT. »

Rosine Nacouli du Burkina Faso fait partie des 25 lauréats internationaux:

Félicitations à Rosine Nacouli, 22 ans, de Ouagadougou, Burkina Faso ! Rosine nous raconte l’histoire d’un jeune couple, Elyse et Maxime, le jour de leur mariage. Elyse est vierge et fière de l’être ; pendant les longs mois de leurs fiançailles, elle a toujours refusé de faire l’amour avec lui. A chaque fois, Maxime a trouvé refuge dans les chambres de passe, parfois sans protection adéquate. Elyse et Maxime n’ont jamais parlé du dépistage, et la lune de miel commence dans quelques heures….

Nadine Essomba Ngongang du Cameroun fait partie des 25 lauréats internationaux:

Félicitations à Nadine Essomba Ngongang, 21 ans, de Yaoundé, Cameroun ! Nadine : « Le scénario que nous allons vous proposer s’inspire d’un constat : dans la bataille contre la propagation du VIH/SIDA, les personnes cibles sont bien souvent au courant de la menace qui pèse sur eux. Beaucoup ont même vu trop près d’eux les ravages de la pandémie, mais ils continuent à avoir des comportements à risque malgré les multiples campagnes de sensibilisation dont ils font l’objet. Cela est tout simplement dû au fait qu’il existe encore et toujours un cap à franchir, et ce cap se situe dans la psychologie des partenaires au moment de passer à l’acte. Très souvent l’empressement que procure le désir du plaisir l’emporte sur le dernier geste qui sauve. Même quand le préservatif, par exemple, est à portée de main on a si souvent perdu la ressource psychologique, l’effort de l’intérieur qui pousserait à le prendre. Ce n’est qu’après l’acte que l’on réalise qu’on venait de prendre un risque et c’est le début de l’angoisse. Notre scénario se propose donc de contribuer à aller plus loin que d’habitude dans le combat, d’inciter au dernier geste. »

Samkelisiwe Simelane de Swaziland fait partie des 25 lauréats internationaux:

Félicitations à Samkelisiwe Simelane, 23 ans, de Mbabane, Swaziland ! Son texte, intitulé « La Corruption qui a tué ma mère », est l’histoire d’une femme vivant avec le VIH qui a beaucoup de mal à joindre les deux bouts et à nourrir ses quatre enfants toute seule. Elle est mise sous ARV, mais à cause de la pauvreté et la malnutrition, son traitement ne marche pas, et elle meurt. Et le corrompu dans tout ça ? C’est son église, qui avait sollicité et reçu son généreux soutien financier depuis de longues années, mais qui lui tourne le dos au moment où elle a besoin d’un minimum d’appui. « Je ne pouvais pas comprendre comment ce pasteur et sa femme, les deux sans travail, pouvaient avoir les moyens de construire une grande maison, d’avoir 3 voitures de luxe, et d’envoyer leurs enfants aux écoles les plus chères. »

Provenance des textes d'annonces des lauréats ainsi que des descriptions de scénarios: Page Facebook de Scénarios d'Afrique.


No comments:

Post a Comment

Relevant comments are welcome - Les discussions constructives sont les bienvenues