The purpose of the African Women in Cinema Blog is to provide a space to discuss diverse topics relating to African women in cinema--filmmakers, actors, producers, and all film professionals. The blog is a public forum of the Centre for the Study and Research of African Women in Cinema.

Le Blog sur les femmes africaines dans le cinéma est un espace pour l'échange d'informations concernant les réalisatrices, comédiennes, productrices, critiques et toutes professionnelles dans ce domaine. Ceci sert de forum public du Centre pour l'étude et la recherche des femmes africaines dans le cinémas.

ABOUT THE BLOGGER

My photo
Director/Directrice, Centre for the Study and Research of African Women in Cinema | Centre pour l'étude et la recherche des femmes africaines dans le cinéma

08 March 2019

Nadia El Fani : My Last FESPACO | Mon dernier FESPACO

Nadia El Fani :
My Last FESPACO | Mon dernier FESPACO

Published in Kapitalas.com, 7 March 2019
Translated by Beti Ellerson and republished with permission.
[En français ci-après]

I have known Fespaco since 1993, during the time of my first short films. Since then, my films have always been part of the festival selection, while in my own country [Tunisia, which hosts the JCC], never. This is to highlight my great affection for Fespaco during these past 25 years. In 2013 I was very proud to receive the Grand Prix for Documentary Film for my film Même pas mal | No Harm Done, even as I continued to be ostracized in Tunisia. With no pun intended I will say that the old adage "No one is a prophet in her country" applies perfectly to my case.

In 1993 and 1995, the filmmakers of the short film of which we were part, had already fought battles to be better recognized by the organizers of Fespaco. How many of us spent our first nights at the festival on the hotel lobby sofas, for lack of allocated hotel rooms, while other non-filmmaker guests had luxurious ones?

Outlining this background is to recall that already in the past filmmakers had protested the conditions in which they were received. Having laid out this preamble I want to tell why today I titled this text "My last Fespaco". It is indeed the latest one that I have attended, but probably the last I will go to if nothing is done to improve the organization of this great festival of our continent and for which I have an immense affection.

So I was present at the fiftieth anniversary of Fespaco in 2019 at the invitation of the organizers as president of the documentary jury for feature and short films in official competition. I am passing on the organizational details inherent in the financial and practical difficulties of our continent as far as travel is concerned. Everyone knows that coming to Fespaco requires a good dose of energy! It is not on this topic that I am going to elaborate, as it relates to the events of this edition.

The security directives were drastic and each of us could understand this in view of the different protection systems put in place because of the threat of attacks that exist everywhere on our planet. On the other hand, being shoved or abused by the over-zealous security force, is something that I do not accept. I do not think it was too difficult to give specific instructions to the security services to avoid any mistreatment of guests at the entrance to the opening and closing ceremony, for example, which was my experience and that of other jury members.

This point being made, I must today say exactly where my deepest dissatisfaction and that of my jury comes from. From the very first day, it was not possible for us to have a programme for the 36 short and long films that we were assigned to view in order to choose the award winners. In addition, the catalog was not ready until three days after the beginning of the festival, and so we did not have the synopses and fact sheets of the films on hand, nor was a coherent viewing schedule established. Our jury was unified throughout, and after three days, together we went to the festival administration in order to secure a place to view the films that we were not able to see in the screening venues with the public. It is obvious that at the rate of more than six films per day to view, fatigue taking its toll, our patience had reached its limits more than once, and on top of that, there was the deprogramming in our category, of the film Amal directed by Mohamed Siam.

On the last day, summoned to the Fespaco headquarters, a few hours before the closing ceremony, all the official juries met under the leadership of the General Delegate and the director of Fespaco. Seeing that we were not told anything specific about the progression of the announcement of the winners, as president, I expressed our desire as a jury to go on stage, so that we could each announce our award winners and summarize in a few sentences the basis of our choices. This is an expectation of the filmmakers who are award winners as well as those who are not.

Moreover, and I did not hide it, we had a text to read about a Malian film called Dawa, l'appel à dieu that made a negative impression on us. At that moment the festival director and the delegate at the minimum granted our request, that the president of the fiction jury and myself, to go on stage during the ceremony. Was it the presence of heads of state at the closing ceremony, that to our surprise we were ultimately not invited to go on stage. And our Documentary Jury was barely mentioned! The announcement of our award winners was replete with errors, especially concerning the film that won the Golden Poulain, which the presenter announced as a male Kenyan director when it was a Kenyan woman director. We awarded a special mention to the film N'Tarabana by François Woukoache, though it was not announced. When I tried to go on stage to rectify the errors, I was violently taken to task by security, ordering me to go back. When I went to speak to the press to note all these shortcomings on our awards list, I was taken to task by people of the organization who told me that I did not have the right to speak to the press and summoned the security to throw me out. When they grabbed me violently by the arm, I asked the press to film and photograph what they were doing to me; they were told that I was nobody and that they were going to make me leave.

I must add that the person in charge of the official jury, threw oil on the fire regarding the security services' reaction to me. I was finally able to free myself. Trembling, I returned to my seat, wanting only one thing, to leave this space. Our Awards List has not been picked up by the press, is it because the documentary does not interest anyone or is it because the journalists did not have access to the details of the awards of our section? During that evening the award-winning filmmakers did not had the opportunity to express themselves. Fespaco is a film festival, I do not deny politicians the right to be present and to take an interest in our films, we need their support and especially their financial support, but that night it was cinema that was the absentee.

We were so happy to award The Golden Etalon de Yennenga for Documentary to Aïcha Leterrier of Burkina Faso, a young and talented filmmaker, for the film Le loup d'or de Balolé. Unfortunately, we did not have the opportunity to hand it to her personally. We all came home exhausted from this festival but nevertheless proud of our work on the Jury. That is why we wanted to report these types of occurrences. It at the present in Africa, and of course I include North Africa, that one should be capable of accepting criticism in order to be able to evolve. To criticize Fespaco is neither to offend nor to insult the organizers, it is to tell them face-to-face all the things that after fifty years of existence, are no longer acceptable as it relates to the recurring shortcomings of the organization. For me it was my last Fespaco.

(What I had to say if I had been allowed to go on stage)
Statement about the film Dawa, l'appel à dieu by Malik Konaté (Mali):
Today on our continent like everywhere else in the world, we are confronted with a danger that is no longer a threat but a reality that faces us. I speak of obscurantism, fundamentalism, terrorism, stemming from an ideology which in the name of religion and in particular Islam, contest all the values of progress, modernity, diversity and the emancipation of women. It is time for resistance, it is time to stand up. Democrat, a lover of freedom, and in a spirit of vigilance—as was mentioned in the opening speeches, my jury and I wanted to alert Fespaco about a documentary film called Dawa which offers a complacent and short-sighted showcase to a sect of which, according to some, barbaric atrocities were committed in Mali since 2014. The cinema is a weapon, certainly everyone can use it freely, but we wanted, especially in these days when Burkina Faso faces the harmful effects of these small groups, to denounce this kind of insidious and dangerous propaganda film, which is contrary to the objectives of Fespaco. Follow the debate regarding the above comment: Nadia El Fani: response to SemFilms.org | réponse à SemFilms.org - Dawa, l’appel à Dieu


Nadia El Fani: Mon dernier Fespaco
Publié  le 7 mars 2019. Kapitalas.com



Je connais le Fespaco depuis 1993, époque de mes premiers courts-métrages, depuis, mes films y ont toujours été sélectionnés alors que dans mon propre pays, jamais. C'est dire à quel point depuis 25 ans mon affection pour le Fespaco est grande. En 2013 j'étais très fière d'y recevoir le Grand prix du documentaire pour mon film MEME PAS MAL alors même que je continuais à être ostracisée en Tunisie. Sans jeu de mot je dirai que le vieil adage "Nul n'est prophète en son pays" s'applique parfaitement à mon cas.

En 1993 et 1995, les cinéastes du court-métrage que nous étions, avions déjà mené des batailles pour être mieux considérés par les organisateurs du Fespaco. Combien de nous passaient leurs premières nuits au festival sur les canapés des halls d'hôtel, faute de chambres d'hôtels attribuées alors que d'autres invités non cinéastes en avait de luxueuses….

Si je fais cette historique c'est aussi pour rappeler que déjà par le passé des cinéastes avait protesté sur les conditions dans lesquelles ils étaient reçus. Ce préambule étant établi je veux raconter pourquoi aujourd'hui j'ai titré ce texte "Mon dernier Fespaco". C'est effectivement le dernier auquel j'ai assisté, mais probablement le dernier auquel j'assisterais si rien n'est fait pour améliorer l'organisation de ce grand festival de notre continent et pour lequel j'ai une immense affection.

Je me suis donc rendue pour le cinquantenaire au Fespaco 2019 à l'invitation des organisateurs en tant que présidente du jury documentaire longs-métrages et court-métrages en compétition officielle. Je passe les détails organisationnels inhérents aux difficultés financières et pratiques de notre continent pour ce qui concernent les voyages… Chacun sait que venir au Fespaco demande une bonne dose d'énergie ! Ce n'est effectivement pas sur ce sujet que je vais m'étendre pour dire ce que j'ai à exprimer sur cette session.


Les consignes de sécurité étaient drastiques et chacun de nous pouvait le comprendre au vu des différents systèmes de protection mis en place à cause des menaces d'attentats qui planent aujourd'hui partout sur notre planète. En revanche être bousculée, voir même violentée par des services de sécurité un peu trop zélés c'est quelque chose que je n'accepte pas. Je pense qu'il n'était pas difficile de donner des consignes aux services d'ordre afin qu'ils ne maltraitent personne aux entrées des cérémonie d'ouverture et de clôture par exemple… Ce qui a été mon cas ainsi que d'autres membres de Jury.

Ce point étant fait je me dois aujourd'hui de dire très exactement d'où vient mon plus profond mécontentement et celui de mon Jury. Dès le premier jour il ne nous a pas été possible d'avoir un programme des 36 films courts et longs confondus que nous nous devions de visionner pour donner un palmarès. De plus le catalogue n'a été prêt que trois jours après le début du festival, et donc nous n'avions pas en main les synopsis et fiches techniques des films pas plus que n’était établi un agenda de visionnage cohérent. 
Notre jury a toujours été solidaire et nous avons entrepris de remonter tous ensemble jusqu'à la direction du festival pour obtenir au bout de 3 jours un endroit pour visionner les films que nous ne pouvions pas voir en salle avec le public. Il est évident qu'au rythme de plus de six films par jour à visionner, la fatigue aidant, notre patience a atteint ses limites plus d'une fois, encore plus face à la déprogrammation dans notre compétition du film Amal réalisé par Mohamed Siam.


Le dernier jour, convoqués au siège du Fespaco, soit quelques heures avant la cérémonie de clôture, tous les jurys officiels se retrouvent réunis sous la houlette du Délégué Général et du directeur du Fespaco. Voyant qu'on ne nous dit rien de précis sur le déroulé de l'annonce des palmarès, je fais savoir en tant que présidente notre désir de monter sur scène, tous les jurés, afin que nous annoncions chacun notre tour, notre palmarès et pouvoir ainsi en quelques phrases résumées, dire les attendus de nos prix. Cela est plus juste pour les cinéastes qui sont primés ainsi que pour ceux qui ne le sont pas.

Par ailleurs et je ne l'ai pas cache, nous avions un texte à lire au sujet d'un film Malien intitulé Dawa, l'appel à dieu qui nous avait interpellés négativement… à ce moment-là le directeur et le délégué nous accordent à minima le président du Jury fiction et moi-même, à monter sur scène lors de la cérémonie.
 Est-ce la présence des chefs d'état à la cérémonie de clôture, mais à notre grande surprise nous n'avons finalement pas été conviés à monter sur la scène. Et notre Jury du Documentaire n'a carrément pas été mentionné !
 Notre palmarès a été égrené avec des erreurs, notamment concernant le film qui a obtenu le poulain d'or, que le présentateur annoncé comme un réalisateur Kenyan alors qu'il s'agissait d'une réalisatrice Kenyane… Nous avions attribué une mention spéciale au film N'Tarabana de François Woukoache, elle n'a pas été annoncée. Quand j'ai tenté de monter sur la scène pour rectifier j'ai été violemment prise à partie par la sécurité, qui m'a intimé l'ordre de redescendre. Quand je suis allée parler à la presse pour noter tous ces manquements sur notre palmarès, J'ai été prise à partie par des gens de l'organisation qui m'ont dit que je n'avais pas le droit de parler à la presse et ont demandé à la sécurité de me jeter dehors. Lorsqu'ils m'ont attrapé violemment par les bras j'ai demandé à la presse de filmer et de photographier ce qu'on était en train de me faire on leur a rétorqué que je n'étais personne et qu'ils allaient me sortir.

Je dois ajouter que la personne chargée du jury officiel s'est permise de jeter de l'huile sur le feu auprès du service d'ordre à mon sujet. J'ai fini par me dégager, je suis revenue tremblante à mon siège et je ne voulais plus qu'une chose, quitter cette salle.

Notre palmarès n'a pas été repris par la presse, est-ce parce que le documentaire n'intéresse personne ou est-ce parce que les journalistes n'ont pas eu entre les mains les détails des prix de notre section?... 
Durant cette soirée les cinéastes primés n'ont pas eu l'occasion de s'exprimer… Le Fespaco est festival de cinéma, je ne dénie pas aux politiques le droit d'être présents et de s'intéresser à nos films, nous avons besoin de leur soutien et plus particulièrement de leur soutien financier, mais ce soir-là c'est bien le cinéma qui était le grand absent…

Nous étions pourtant tellement heureux d'attribuer l'étalon d'or de Yennenga du documentaire à Aïcha LETERRIER du Burkina Faso, une réalisatrice jeune et talentueuse pour le film LE LOUP D'OR DE BALOLE. Nous n'avons malheureusement pas eu l'occasion de pouvoir le lui remettre en mains propres. 
Nous sommes tous rentrés épuisés de ce festival mais néanmoins fiers de notre travail au sein du Jury. C'est pourquoi nous tenions à faire ces mises au point. 
Il s'agit aujourd'hui en Afrique, et bien entendu j'englobe l'Afrique du Nord, d'être capables d'accepter les critiques pour pouvoir évoluer. Critiquer le Fespaco , ce n'est ni offenser, ni insulter les organisateurs, c'est leur dire en face tout ce qui n'est plus admissibles après cinquante années d'existence sur des défauts récurrents d'organisation. 
Pour moi c'était mon dernier Fespaco.


(Ce que je devais dire si j'avais pu monter sur scène)

Déclaration au sujet du film " Dawa, l'appel à dieu", de Malik Konaté (Mali) :

Aujourd'hui sur notre continent comme partout ailleurs dans le monde, nous faisons face à un danger qui n'est plus une menace mais une réalité qui nous affronte. Je parle de l'obscurantisme, l'intégrisme, le terrorisme, issus d'une idéologie qui au nom de la religion et en particulier l'islam combat toutes les valeurs de progrès, de modernité, de mixité et d'émancipation des femmes… L'heure est à la résistance, il est temps d'être debout. Démocrate, amoureux de la liberté, et dans un esprit de vigilance, comme il en a été fait mention dans les discours d'ouverture, mon jury et moi-même avons tenu à alerter le Fespaco au sujet d'un film documentaire intitulé Dawa qui offre une vitrine complaisante et sans distance à une secte dont ont été issus, pour certains, les barbares qui ont commis des atrocités au Mali à partir de 2014. Le cinéma est une arme, certes chacun peut s'en servir en toute liberté, mais nous tenions, particulièrement en ces jours où le Burkina Faso fait face aux effets néfastes de ces groupuscules, à dénoncer ce genre de film de propagande insidieuse et dangereuse, à l'opposé des objectifs du Fespaco. Suivez le débat concernant le commentaire ci-dessus: Nadia El Fani: response to SemFilms.org | réponse à SemFilms.org - Dawa, l’appel à Dieu

No comments:

Post a Comment

Relevant comments are welcome - Les discussions constructives sont les bienvenues