The purpose of the African Women in Cinema Blog is to provide a space to discuss diverse topics relating to African women in cinema--filmmakers, actors, producers, and all film professionals. The blog is a public forum of the Centre for the Study and Research of African Women in Cinema.

Le Blog sur les femmes africaines dans le cinéma est un espace pour l'échange d'informations concernant les réalisatrices, comédiennes, productrices, critiques et toutes professionnelles dans ce domaine. Ceci sert de forum public du Centre pour l'étude et la recherche des femmes africaines dans le cinémas.

11 March 2015

MAIMOUNA NDIAYE : Appel à financement pour le film « Parle avec eux, maladie mentale en Afrique de l'Ouest » | Crowdfunding for the film “Talk with them, mental illness in West Africa”


Maïmouna N'Diaye launches a crowfunding campaign on Kisskissbankbank for the film “Talk with them, mental illness in West Africa” 

Support a documentary film about mental illness in West Africa!


Maïmouna N'Diaye lance une campagne de crowdfunding sur Kisskissbankbank pour the film « Parle avec eux, maladie mentale en Afrique de l'Ouest  »

Soutenez un film documentaire sur la maladie mentale en Afrique de l'Ouest ! 


SOURCE : Kisskissbankbank





[ENGLISH]

THE PROJECT

If people with mental illness can be a danger to society, ignorance and marginalisation contribute to reinforcing the illness and hence this threat. It is for this reason they should not be left behind. Moreover, once abandoned to their fate, they become vulnerable to a variety of ills: insecurity, diseases due to their poor living conditions, verbal violence and even more serious, the rape of women and young girls, torture and ritual crimes.
  
Based on this observation, filmmaker Maïmouna N'Diaye sought to learn more about these illnesses, deeply anchored in Burkinabè society but too often misunderstood and misinterpreted. She reached out to the mentally ill, following them in their daily life—during good and bad times—to understand their existence.

Through her encounters with physicians, traditional therapists, and clergy, she also addressed the question of the origins and the healing of mental illness.

Divided into three parts, the 42-minute documentary takes us to the heart of a "malaise" of Burkinabè society in particular, and Africa in general.

Through these testimonies and touching portraits, the documentary aims to challenge and inform viewers about the realities of mental illness.

During the making of the documentary, the reconciliation between the patients and the filmmaker evolved into a genuine therapy, allowing some of them to improve in their relationships with others and to take better care of themselves. As the title indicates, “Speak to them” "Sonse ne ba" in Mooré the regional language, the documentary aims especially to sensitise the viewers in order to prevent marginalisation and to demonstrate that social cohesion is a key factor in healing.

WHY FUND IT?

After four years of meetings and discussions with patients, their families, and caregivers, the film is in postproduction. The shooting phase is complete as well as the editing.

The crowdfunding, which corresponds to 7% of the total budget, will:

1) Finalize the film

Audio mastering and subtitling are left to be done.

2) Screening of the film in Burkina Faso

At the launching of the documentary a series of events will be organised: meetings between healthcare professionals and the public, the release of the film in theatres and neighbourhoods centres, schools and universities in Ouagadougou and Bobo-Dioulasso; and a group exhibition featuring the works of eight West African artists on the theme of madness.

BIOGRAPHY

Filmmaker (Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinea, Senegal) Maïmouna N'Diaye was born in France but grew up in Guinea. She returned to France at the age of 18, where during the same time as her studies she became a film actress, television presenter and documentary filmmaker.

[FRANÇAIS]


LE PROJET 

Si les personnes atteintes de maladies mentales peuvent constituer un danger pour la société, l’ignorance et la marginalisation contribuent à renforcer la maladie et donc le danger, c’est aussi pourquoi il ne faut pas les laisser pour compte. De plus, une fois abandonnés à leur sort, ils deviennent vulnérables à toutes sortes de maux: l’insécurité, les maladies dues à leur mauvaise condition de vie, les violences verbales et plus grave encore le viol des femmes et des jeunes filles, la torture et les crimes rituels.
  
Partant de ce constat, la réalisatrice Maïmouna N’Diaye, a cherché à en savoir plus sur ces maladies profondément ancrées dans la société burkinabè mais trop souvent incomprises et mal interprétées. Pour ce faire, elle a approché des malades mentaux qu’elle a suivis dans leur quotidien, dans les bons comme dans les mauvais moments afin de comprendre leur mode de vie.

À travers ses rencontres avec des médecins, des tradi-thérapeutes, et religieux, la réalisatrice s’est aussi penchée sur la question de l’origine et celle de la guérison de la maladie mentale. 

Découpé en 3 actes ce documentaire de 42 minutes nous emmène au cœur d’un « mal » de la société burkinabè en particulier et Africaine en général.

À travers ces témoignages et portraits attachants, le documentaire cherche à interpeller et informer les spectateurs sur les réalités de la maladie mentale.

Au cours de la réalisation du documentaire, le rapprochement entre les malades et la réalisatrice a agi sur eux comme une véritable thérapie et a permis à certain d’entre eux d’aller mieux dans leurs relations avec les autres et de prendre plus soin d’eux-mêmes. Comme l’indique donc son titre "Parle avec eux", "Sonse-ne-ba" en mooré, la langue régionale, le documentaire espère surtout conscientiser les spectateurs afin d’empêcher la marginalisation et démontrer que la cohésion sociale est un facteur clef de la guérison.

POURQUOI LE FINANCER ?

Après 4 ans de rencontres et d’échanges avec des malades, leurs familles, les soignants, le film est en post production. La phase de tournage est achevée et le film monté.

La collecte, correspondant à 7% du budget total permettra de :

1) Finaliser le film

Il manque encore quelques retouches sonores et la mise en place des sous-titres.

2) Diffusion du film au Burkina Faso

Lors du lancement du documentaire sera organisée une série d'évènements : rencontres entre des professionnels de la santé et le public, diffusion du film dans des salles de cinéma et des quartiers, écoles et universités de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso, ainsi qu'une exposition collective proposant une vision plastique de 8 artistes d'Afrique de l'Ouest sur le thème de la folie.

BIOGRAPHIE 

Réalisatrice (Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée, Sénégal) Maïmouna N’Diaye est née en France mais a grandi en Guinée. Elle retourne en France à l’âge de 18 ans où parallèlement à ses études elle devient actrice du cinéma et à la télévision, présentatrice et réalisatrice de documentaires. 

No comments:

Post a Comment

Relevant comments are welcome - Les discussions constructives sont les bienvenues