The purpose of the African Women in Cinema Blog is to provide a space to discuss diverse topics relating to African women in cinema--filmmakers, actors, producers, and all film professionals. The blog is a public forum of the Centre for the Study and Research of African Women in Cinema.

Le Blog sur les femmes africaines dans le cinéma est un espace pour l'échange d'informations concernant les réalisatrices, comédiennes, productrices, critiques et toutes professionnelles dans ce domaine. Ceci sert de forum public du Centre pour l'étude et la recherche des femmes africaines dans le cinémas.

28 February 2013

Guest of Honour | Invitée d'honneur : Alimata Salembéré - Fespaco 2013

Alimata Salembéré
Remarks from the Guest of Honour | Remarques de l'Invitée d'honneur : Alimata Salembéré [Festival catalogue] 

Français ci-après

[English]
1969-2013 ! For 44 years now FESPACO has been at the service of African cinema! Thus, over the decades FESPACO has taken on the challenge of making the continent's 7th art visible. This showcase remains alive for this grand festival which pays tribute to me as Guest of Honour.

What a wonderful gesture on the part of FESPACO, which through the medium of cinema has integrated African culture on a global scale. As a means of expression par excellence, images of Africa have been transported to the most unexpected places in the world. And the vast field of our imagination continues to expand, showing the full extent of coming together in our differences.

As a pioneer of FESPACO, and the first woman as Guest of Honour, I would like to encourage and thank all the women professionals of Africa and the Diaspora. For us, women of the image, this 23rd edition truly marks our successful integration into the world of cinema. FESPACO dared to believe in us, entrusting with us the presidency of all the official juries. It is a well-deserved tribute.

The theme of the 23rd edition, "African Cinema and Public Policy in Africa", challenges all of us, but especially African governments, to recognise cin'ema in the public interest. It is also a call to our partners, both technical and financial (TPF) who have always supported our cinema. I have hopes for the renaissance of African cinema in the 21st century.

Finally, on behalf of all the pioneers of FESPACO, I would like to thank you for the honour that has been bestowed on my humble person, and reassure you that we will continue to work towards the development and magnificence of our festival.

Have an enjoyable festival!

Long live FESPACO

Thank you

[Français]
1969-2013, 44 ans au service du cinéma africain ! Ainsi, le FESPACO tient depuis plusieurs décennies le pari de donner un visage au 7è art du continent. Cette vitrine reste vivace pour ce grand Festival qui me distingue en tant qu'Invitée d'honneur.

Quelle générosité du FESPACO dans son accueillante organisation qui a su intégrer le culturel africain à l'universel, dès sa création à travers le cinéma. Mode d'expression  par excellence, les images de l'Afrique sont transportées dans les endroits les plus insoupçonnés de notre monde. Et l'immense gisement de notre imaginaire est loin d'être épuisé, montrant à souhait toute la portée d'être ensemble dans la différence.

En ma qualité de pionnière du FESPACO et de première Femme Invitée d'Honneur, je voudrais encourager et remercier toutes les professionnelles africaines et de la diaspora de l'image. Pour nous femmes de l'image, cette 23è édition marque véritablement notre intégration réussie au sein du monde du cinéma. Le FESPACO, a osé croire en nous, et nous a confié la présidence de tous ses jurys officiels. C'est un Hommage mérité.

Le thème de la 23è édition "Cinéma africain et politiques publiques en Afrique", nous interpelle tous, mais plus les gouvernements africains pour une reconnaissance du cinéma comme d'utilité publique. C'est aussi, un appel en direction de nos partenaires techniques et financiers (PTF) qui n'ont cessé de soutenir nos cinématographies. Je fonde l'espoir que le 21è siècle voie, la renaissance des cinémas d'Afrique.c

Enfin, je voudrais au nom de tous les pionniers du FESPACO, vous remercier, pour l'honneur qui leur est fait à travers ma modeste personne et vous rassurer que nous continuerons à œuvrer pour la pérennisation et la splendeur de notre festival.

Bonne fête du cinéma.

Vive le FESPACO.
Je vous remercie



20 February 2013

Women and Fespaco 2013: a recap | Les femmes et le Fespaco 2013, un récapitulatif

Women and Fespaco 2013: a recap | Les femmes et le Fespaco 2013, un récapitulatif

Pendant ce dernier mois, le Blog a mis en exergue la place de la femme à la 23ème édition du Fespaco qui se déroulera du 23 février au 2 mars.  Ci-après, un récapitulatif des articles publiés.

During the past month, women have been in the spotlight, highlighting the place they will be accorded at the 23rd edition of Fespaco, which will take place from 23 February to 2 March. Following is a recap of the posts published on the Blog.


Titles | Titres 

Fespaco 2013: Women take leadership role on the various juries [English]
Fespaco 2013: Les femmes prennent les commandes des différents jurys [Français]

Fespaco 2013 : Official Selection [with links to blog posts of the women-directed films]

Rosalie Ndah, president of CNA Afrique talks about the CNA tribute to women at Fespaco 2013 [English]
Le CNA célèbre les femmes du Fespaco 2013 : Rosalie Ndah, présidente du CNA Afrique nous en parle [Français]

Fespaco 2013 : Palmarès | Awards (mise à jour | updated)


19 February 2013

Her Stories - Filmmakers with African Roots (Berlin)


Organiser Nina Valeska Witzel had this to say about the "Her Stories - Filmmakers with African Roots" film series to be held in Berlin one evening each month from 21 February through 13 June:

"Her Stories - Filmmakers with African Roots" is a film event organised by Frauenkreise Berlin and the Educational Institute of Berlin Heinrich Böll Foundation in partnership with AfricAvenir International e.V and AFROTAK TV cyberNomads. Frauenkreise Berlin's objective is to provide a platform for creative work by women, who continue to be underrepresented in the world of business as well as in the arts; black women in particular.

During five evenings between 21 February to 13 June 2013 films will be screened by Black women with African roots. The filmmakers deal with issues of identity and cultural positioning. In addition to film screenings there are also discussions with the directors.

With the film series "Her Stories - Filmmakers with African Roots", Frauenkreise Berlin would like to give eight Black female filmmakers the opportunity to speak for themselves and tell their stories and experiences from their own perspective. Therefore, films from different corners of the world have been collected, which include those that will be shown for the first time in Germany.

While a person's race certainly has no correlation with the quality of the films they make, unfortunately, it does affect the amount of opportunity they receive. The same fact is essential for being a woman. Female filmmakers are still underrepresented not only in Africa but also in the European film industry. And it probably has an effect on the type of stories they tell us. Hopefully with this line-up of films we will introduce you to some directors and their films about Black culture and people that you never knew existed. Perhaps one may ask why black female directors need to be lumped together in a forum dedicated only to them, the answer is simple: to give them visibility. 

Her Stories - Filmmakers with African Roots Film Event

21 February 2013
A Lot Like You (USA, 2011) by Eliaichi Kimaro 

14 March 2013
The Place in Between | Notre étrangére (France | Burkina Faso, 2010) by Sarah Bouyain

11 April 2013
Tal der Ahnungslosen | Valley of the Innocent (Germany, 2003) by Branwen Okpako

17 May 2013
Footprints of My Other | Noire ici, blanche là-bas (France | South Africa, 2011) by Claude Haffner 

13 June 2013
Gubi, the Birth of Fruit by Philippa Ndisi Hermann
Blackout by Natasha Ngaiza
Landing by Branwen Okpako
Yellow Fever by Ng'endo Mukii
Die Schonheitsverschworung by Tsitsi Dangarembga

18 February 2013

Alimata Salembéré: a pioneer of | une pionnière du FESPACO

Alimata Salembéré
Alimata Salembéré, a pioneer of FESPACO | Alimata Salembéré, une pionnière du FESPACO

[English]
Alimata Salembéré, a founding member of Fespaco and president of the organising committee of the first festival in 1969, was also a director at the Burkinabé television, Radiodiffusion Télévision Voltaique (RTV). She then served as General Secretary of FESPACO from 1982 to 1984, overseeing the 8th FESPACO in 1983. Alimata Salembéré was also minister of Culture of Burkina Faso 1987-1989 and minister of Information in 1987.

Her reflections regarding this 23rd edition of Fespaco, 2013:

"I am very happy and proud to see that women are being honoured and I especially congratulate the Secretary General, Michel Ouédraogo who had the courage to make this decision and succeeded in actualising it. Though I am a pioneer, I am no longer involved in the ongoing activities. However, theme after theme, edition after edition, I watched its progressive development with a great deal of satisfaction. Especially, now with over 100 films, having seen its modest beginning with a half dozen African films. The expectations are that the policies that are being put in place will be able to define our film policies. I recall in 1969 when we began the first "days of cinema" event, we had no films nor confirmed filmmakers. It was only in 1972 that we had the first feature film." [Excerpted from an article by Aimé Nabaloum in Fasopresse.net, 18 January, 2013].

[Français]
Alimata Salembéré est une des membres fondateurs du FESPACO et la présidente du comité d'organisation du premier festival en 1969 et un moment réalisatrice à la télévision Burkinabé (Radiodiffusion Télévision Voltaique - RTV). Elle a aussi servi comme Secrétaire Général du FESPACO de 1982 à 1984. Après avoir supervisé le 8ème FESPACO en 1983 Alimata Salembéré a aussi nommé Ministre de la Culture du Burkina Faso en 1987-1989 et ministre de l'Information en 1987.

Ses réflexions sur cette 23ème édition du Fespaco, 2013 :

« Je suis très heureuse et fière de voir que les femmes sont à l’honneur et je félicite particulièrement le délégué général, Michel Ouédraogo, qui a eu le courage de prendre cette décision et de réussir à la concrétiser. Je ne suis pas dans l’action au FESPACO quand bien même je suis une pionnière. C’est avec beaucoup de plaisir que j’ai vu l’évolution positive, thème après thème et session après session, et surtout de voir que l’on a commencé avec une demi- douzaine de films africains et nous sommes à plus de 100 films aujourd’hui. Les attentes sont que les politiques qui seront là puissent définir des politiques pour notre cinéma. Je rappelle qu’en 1969, quand nous faisions les journées cinématographiques, nous tenions aucun film et aucun réalisateur confirmé. C’est seulement en 1972 que nous avons eu le premier long métrage. » [Recueillis par Aimé Nabaloum, Fasopresse.net, 18 janvier 2013].

17 February 2013

Fespaco 2013 : Films out of competition | Films hors-compétition


Fespaco 2013 : Films out of competition  | Films hors-compétition


FEATURES | LONGS-MÉTRAGES

15 avril | 15 April by/d'Ibrahim Olukunga (Burkina Faso)

Amour ou sentiment | Love or sentiment by/de Van Mabadi (Burkina Faso)

Andalousie, mon amour! | Andalusia my love! by/de Mohamed Nadif (Maroc)

Bab Sharki | La porte orientale | The oriental door by/de Ahmed Atef (Égypte)

Bayiri | La Patrie | The Homeland by/de Pierre Yaméogo (Burkina Faso)

Elelwani by/de Waluruli Ntshaveni (Afrique du Sud)

Femme écrite | Written Women by/de Lahcen Zinoun (Maroc)

Imbabazi : le pardon | Imbabazi: the pardoning by/de Joël Karekezi (Rwanda)

Jeu de couples | The couples game by/de Maxwell Cadevall (Cameroun)

Kedach Ethabni | Combien tu m'aimes ? | How much do you love me? by/de Fatma Zohra Zamoum (Algérie)

La clef | The key by/d'Oliver Rénovat Dissouva (Gabon)

Le blanc d'Eyenga | The White man of Eyenga by/de Thierry Roland Ntamack (Cameroun)

Otelo Burning | Otelo brûle by/de Sara Blecher (Afrique du Sud)

SHORTS | COURTS-MÉTRAGES

Hoje e Kekel Dia by/de Mamadou Diop (Sénégal)

Iny hono izi ravorona | Berceuse | Lullaby by/de Sitraka Randriamahaly (Madagascar)

L'Arme | The Weapon by/de Pape Bouname Lopy (Sénégal)

Le clochard du Vatican | The bum of the Vatican by/de Tahirou Ouédraogo (Burkina Faso)

Les vagues du temps | The waves of the times by/d'Ali Benjelloun (Maroc)

Midnight Scorpion by/de Tony Amara (Burkina Faso)

Moly by/de Moly Kane (Sénégal)

Offrande | The Offering by/de Walid Mattar (Tunisie)

Réunion by/de Marie Patrice Ipaud (Côte d'Ivoire)

T'es moche | You're ugly by/de Yasmina Aissaoui Bennani (Maroc)

Tu seras mon allié | You will be my ally by/de Rosine Mfetgo Bakam (Cameroun)

Wam Peega by/d'Yves Edgar Bonkoungou (Burkina Faso)

DOCUMENTARIES | DOCUMENTAIRES

Cette couleur qui me dérange | This colour that disturbs me by/de Khardiata Pouye (Sénégal)

Dégage (Chronique de la première révolution arabe) | Get Out (Chronicle of the first Arab revolution) by/de Mohamed Zran (Tunisie)

Espoir Voyage | Hope Trip by/de Michel Zongo (Burkina Faso)

Gangster Project by/de Teboho Edkins (Afrique du Sud)

Herby, le jazz et la musique haïtienne | Herby, Jazz and Haitian music by/de Arnold Antonin (Haïti)

Je ne fais rien | I'm not doing anything by/d'Adama Salle (Burkina Faso)

Les 50 ans du cinéma malien | 50 years of Malian cinema by/de Simaga Sadio (Mali)

Mboko, l'enfant de la rue | Mboko, the street child by/de Blaise Pascal Tanguy (Cameroun)

Roger Milla, les 4 vies d'une légende | Roger Milla, the 4 lives of a legend by/d'Alain Fongue (Cameroun)

Tsofa | Chauffeurs by/de Rufin Mbou Mikima (Congo)

AFRICA VIEWED BY | L'AFRIQUE VU PAR

Altra Europa by/de Schillaci Rossella (Italie)

Bons baisers de la colonie | Kisses from the colony by/de Nathalie Borgers (Belgique)

Ceuta, douce prison | Ceuta, sweet prison by/de Jonathan Millet (France)

Drama Consult by/de Dorothee Werner (Allemagne)

Finding Hillywood by/de Leah Warshawski (USA)

Frère Sylvestre saint et sorcier | Brother Sylvester saint or sorcerer by/de Jean-Marc Cazenave (France)

Guerilla Grannies | Les mémés guérillas by/d'Ike Bertels (Pays -Bas)

Jacques Faïlovitch et les tribus perdues |Jacques Faïlovitch and the lost tribes by/de Maurice et Sarah Dores (France)

Kinshasa Kids by/de Marc-Henri Wajnberg (Belgique)

Knistern der zénith Christoph Schlingensief und sein operndorf in Burkina Faso | Crackle of time, Christoph Schlingensief and his opera village in Burkina Faso | Christoph Schlingensief et son village d'Opera au Burkina Faso by/de Sibylle Dahrendorf (Allemagne)

L'affaire Chebeya, un crime d'état ? | The Chebeya Affair, a State crime? by/de Thierry Michel (Belgique)

Le néon et le goudron | Neon and Tar by/de Denys Piningre (France)

Le secret de l'enfant fourmi | The secret of the ant children by/de Christine François (France)

Namibie, le génocide du IIIe Reich | Nambia, the genocide of the III Reich by/d'Anne Poiret (France)

Orillas by/de César Pablo (Argentine)

Ouaga Paradiso by/de Thierry Robert (France)

Rites électriques en Guinée-Conakry | Electrical Rites in Guinea by/de Julien Raout et Florian Draussin (France)

Traces du caméléon, hommage à votre ami Paco Ye | Traces of the Cameleon, Homage to Your Friend Paco Ye by/de Krysia Domont (Suisse)

Vol Spécial | Special Flight by/de Fernand Melgar (Suisse)

Woodstock in Timbuktu by/de Désirée Trotha (Allemagne)

Zambie : à qui profite le cuivre ? | Zambia, Who Benefits from the Copper by/d'Audrey Gallet et Alice Odiot (France)

TRIBUTES | HOMMAGES

Charles Mensah
Charles Mensah by/de Issaka Compaore (Burkina Faso)

Dieudonné Kabongo
À ton vieux cul de negre ! | To Your Old Black Ass! by/de Aurélien Bodinaux (Belgique)

Jouer, c’est encore mieux | To Play, That’s Even Better by/de Emmanuel Toe (Burkina Faso)

RÉTROSPECTIVE

Gabon (country of honour | pays à l'honneur)

Ayou Ma by/de Pierre-Marie Dong et Charles Mensah

Elombe by/de Charles Mensah

Demain un jour nouveau |Tomorrow is a New Day by/de Pierre-Marie Dong

Döle by/d'Imunga Ivanga

Les couilles de l'éléphant | The Elephant’s Balls by/d'Henri-Joseph Koumba Bididi

La cage by/de Robert Darene et Philippe Mory

Les tams-tams se sont tus | The Tam-Tams are Silent by/de Philippe Mory

16 February 2013

Rosalie Ndah, president of CNA Afrique talks about the CNA tribute to women at Fespaco 2013


Interview with Rosalie Ndah, president of CNA Afrique-Cinéma Numérique Ambulant (Mobile Travelling Cinema) and president of CNA Benin by Beti Ellerson in collaboration with Stéphanie Dongmo, Critique (film critic, writer, journalist, Cameroon Art Critics CAMAC). Translation from French by Beti Ellerson.

Could you described the CNA for us? 

The first objective of the Cinéma Numérique Ambulant, known as CNA, is to promote African cinematographic heritage in all of its diversity. It was actually introduced in Africa for the first time in Benin in 2001. During the last twelve years it has progressively expanded to Niger, Mali, Burkina Faso, Senegal, Cameroon and Togo. CNA has become a network of associations and the coordination structure, CNA Afrique, is headquartered  in Ouagadougou, Burkina Faso.

The CNA is an important cultural tool for communication and entertainment, bringing African films to African populations marginalised by their geographic or socio-economic isolation. It also provides immediate accessibility to the public, giving it both a popular aspect and an educational value. The CNA opens up possibility and access to a collective imaginary,  a source for reflection, and oral testimony and dialogue among the populations regarding different traditional practices and their evolution. 

CNA screenings take place outdoors and are not like other events which are viewed with little reflection before returning home. The CNA encourages the exchange of ideas regarding the world and cultural intermingling among people. In so doing, it cultivates a discerning cinema-going public and participates in the development of African culture.

At the present, CNA consists of eight not-for-profit associations with 15 screening units as well as the coordination structure, CNA Afrique. With twelve years of experience of thousands of screenings, the CNA has brought together nearly twelve thousand spectators. The CNAs work in collaboration with French, Belgian and Swiss corporations, the European Union, the national cinematography directorates, TV5, and RFI. In addition the CNAs have participated in several awareness-building campaigns with decentralised associations, Plan International, UNICEF, Amnesty International, the United Nations Population Fund, the national programmes for the fight against HIV/AIDS, Support Programmes for Cultural Initiatives SPCI (EU), SCAC of the French Foreign Ministry, Rencontres africaines de la photographie (EU), Save the children, The National Programme for the Education of Democratic Citizenship, the Embassy of Canada, the Festival of the Théâtre des réalités, Cannes Festival, Respect, the Canadian Foundation for Innovation CFI etc.…

What are the CNA activities at Fespaco 2013?

Since 2005 the CNA has always participated at Fespaco with various and noteworthy activities. For Fespaco 2013, its activities are as follows: A meeting is scheduled for 24 February for the expansion of the CNA Afrique board. CNA Afrique is opening its board to prominent figures who have supported the CNAs throughout the years, and to respected players in African civil and cultural society. 

To add a special touch to the festival, each evening the CNA network is organising a screening of a film that has been especially popular with the audiences. This event, which is called  "Fespaco Classique", will take place 25 February to 01 March at Maquis le Festival, which since the last Fespaco is called "Village CNA". This is an opportunity to have the participants of each film talk about the context of its creation, the conditions of the film shooting, and the production, etc.
  
The CNA programme facilitators will present the feedback from the spectators of each film screened and African films in general.  They will also give a report on the oral testimonies of the reception of and audience responses to these films.  All of this information is in effect meticulously recorded by the CNA facilitators in a notebook at the end of each outdoor screening.

On 26 February, the CNA will set up a commission of rights holders made up of film professionals: filmmakers, producers, distributors, organisers, cinematographers, and those overseeing authorial rights and copyrights, in order to improve its remuneration policy, and to integrate its economic model into the African cinema economy. The commission will meet every two years in tandem with Fespaco. Its goals are as follows: to evaluate on an annual basis the participation of CNA countries in the remuneration of royalties, depending on the budget of each of the associations; identify the claims of the rights holder; notably those sold to several structures; follow up on the actions of the CNA and its remuneration policy as it relates to the profession; facilitate the affiliation of CNA countries with the rights holder offices of each country; and assist the CNA in networking and maintaining transparency in the profession.



CNA in partnership with AfricaDoc, also has a presence at Fespaco with an evening dedicated to creative documentary filmmaking by women. What are the specifics of this event?

On Friday, 01 March the evening will be dedicated to documentaries by women with the screening of two films. The discussion will be moderated by specialist of the film world: filmmakers, critics and CNA facilitators. Looking to organise an evening around award-winning classics of Fespaco, and noting that, since the creation of the Yennenga Stallion Award in 1972, there has yet to be a woman laureate, CNA wanted to organise an evening around the woman-directed documentary, an especially rapidly growing genre. AfricaDoc, our partner for this event, considers that, as a result of the agility of the digital, there are as many women as men who work in the area of the African documentary. It is particular to Africa, and  in many ways thanks to the training and promotion by Africadoc. Yet, they often remain unrecognised. Evidently, there are exceptions, notably in Burkina Faso where women filmmakers are very visible.

Many women filmmakers are turning towards the documentary rather than to fiction. First of all because the mode of production is much simpler than for a feature fiction; and moreover, because numerous African women documentarians come from journalism. At Fespaco 2009, those who stood on top of the podium for documentaries were all women. It is certainly necessary to take action as it relates to women's place in society, but also there is a willingness to raise the consciousness of the population in terms of traditions (such as lip tattooing in Mon beau sourire | My Beautiful Smile by Angèle Diabang), comportment (such as it relates to virginity in Le prix du sang | The Price of Blood by Anne Elisabeth Ngo Minka) or misconceptions (such as in the Witches of Gambaga by Yaba Badoe) which persist without really being questioned . It is definitely important to bring out the importance of women to fight harder to find a place in all sectors of society by highlighting their creativity, their personality, their intelligence, as well as their willingness to continue onward. To accomplish this it is important to increase considerably the literacy rate among women, especially in Africa. An illiterate society is a society in stagnation, always oriented towards the past. It is time for women to totally commit themselves to filmmaking with passion and determination in order to express their way of seeing the positive and of discerning opportunities, where a man would view it as senseless.  

A woman-directed documentary may show something special and different from what one may find in a film directed by a man. Representations by women are to be encouraged in all sectors of activity in order to better develop society. It is for this reason that the CNA is actively engaged in increasing the visibility of works by women filmmakers and for the dissemination of creative documentaries.

This year, Fespaco is putting women in the spotlight.  A remarkable occasion: all of the juries are presided by women. The large festivals, in fact, are only marginally accessible to women, and this does not happen only in Africa. Last year there was a petition by woman filmmakers to pressure the Cannes Festival to have more films by women in the selection for the Palm d'or.

Even in the history books of African cinema, there is very little mention of women. In spite of the official discourse which pays tribute to women, there is very little impact. Hence the proliferation of women's film festivals. Moreover, until now cinema has been viewed as a man's profession. And the fact that in Africa there are such great difficulties to make a film and to earn a living from it, does not encourage women to enter into it.

Programme of CNA activities at Fespaco
Ai Village CNA at Maquis Le Festival, at 300 metres from Cinéma Neerwaya in Ouagadougou

Sunday 24 February 
Starting at 11h : Meeting of the CNA Afrique Board

Monday 25 February 
10h : CNA Press conference
11h-17h : Studio Digital Mobile Photo

18h30-21h30 : Screening-debate (Fespaco classique)

Theme : tradition/childhood

Yaaba d’Idrissa Ouédraogo (Burkina Faso, 1989, 90')
A partir de 22h : café - concert 

All day : boutique CNA, snack bar-restaurant, exposition CNA, Video Fada 

Tuesday 26 February :
10h-17h : Meeting of the rights boards
10h-17h : Studio Digital Mobile Photo

18h30-21h30 : Projection – débat
Theme : social comedy
Quartier Mozart de Jean-Pierre Bekolo (Cameroun, 1992, 80')
A partir de 22h : café - concert

All day : boutique CNA, snack bar-restaurant, exposition CNA, Video Fada

Wednesday 27 February 
10h-17h : Studio Digital Mobile Photo

18h30-21h30 : screening-debate
Theme : history/colonisation
Tasuma, le feu de Daniel Kollo Sanou (Burkina Faso, 2004, 90')
Starting at 22h : café - concert

All day : boutique CNA, snack bar-restaurant, exposition CNA, Video Fada

Thursday 28 February : 
15h : Press conference of Africalia Belgium, partner of CNA

10h-17h : Studio Mobile Photo Digital

18h : Evening of cinema with Africalia Belgium in Sao village,  45 Km north of  Ouagadougou

18h30-21h30 : Screening-debate 
Theme : migrations
Gito l'ingrat de Léonce Ngabo (Burundi, 1992, 90')
Starting at 22h : café - concert

All day : boutique CNA, snack bar-restaurant, exposition CNA, Video Fada

Friday 1 March
10h-17h : Studio Digital Mobile Photo

18h30-21h30 : Projection – debate 
Special screenings: Women-directed documentaries  
Itchombi by Gentille M. Assih (Togo, 2010, 52') 
Le prix du sang by Elisabeth Anne Ngo Minka (Cameroon, 2010, 26')
Starting at 22h : café - concert

All day : boutique CNA, snack bar-restaurant, exposition CNA, Video Fada

At the Village CNA located at « Maquis Le Festival »

EN FRANÇAIS

Le CNA célèbre les femmes du Fespaco 2013 : Rosalie Ndah, présidente du CNA Afrique nous en parle


Interview de Rosalie Ndah, présidente du CNA Afrique et présidente du CNA Bénin, par Beti Ellerson en collaboration avec Stephanie Dongmo,  Critique de cinéma | Ecrivain | Journaliste Cameroon Art Critics (CAMAC). 

Le CNA Afrique est la structure de coordination de l’ensemble des Cinémas numériques ambulants installés au Bénin, Mali, Niger, Burkina Faso, Togo, Cameroun et Sénégal. Son siège est à Ouagadougou, la « capitale » du cinéma africain. 

Pouvez-vous nous présenter le CNA? 

La promotion du patrimoine cinématographique africain dans toute sa diversité constitue l'objectif premier du Cinéma Numérique Ambulant, entendu CNA. En effet, il a été introduit pour la première fois en Afrique en 2001 au Bénin. Depuis douze ans, il s’est progressivement et successivement implanté au Niger, Mali, Burkina Faso, Sénégal, Cameroun et au Togo. Il est devenu un réseau d’associations avec une structure de coordination dénommée CNA Afrique, dont le siège se trouve à Ouagadougou.

Le CNA est un important outil culturel, de communication et de loisir. Il apporte des films africains aux populations africaines les plus marginalisées par leur isolement géographique ou par leur enclavement socio-économique. Il permet une accessibilité immédiate à ce public, ce qui lui conférant un aspect populaire et une valeur éducative. Le CNA ouvre la possibilité et l’accès à un imaginaire commun, source de réflexion, de témoignage et de dialogue entre les populations sur les différentes pratiques traditionnelles et leurs évolutions.

Les projections du CNA se réalisent en plein air et ne sont pas comme les autres spectacles que l’on regarde sans réfléchir avant de rentrer chez soi. Il encourage un échange de regard sur le monde et un brassage culturel entre les peuples. Il forme ainsi un public pour les salles de cinéma et participe au développement de la culture africaine.

Le CNA aujourd’hui compte huit associations à but non lucratif avec quinze unités de projections et une structure de coordination, CNA Afrique. Avec douze ans d’expérience par des milliers de projections, le CNA  a réuni près de douze millions de spectateurs.

Dans les différents pays, les CNA travaillent en collaboration avec les coopérations françaises, belges et suisses, l’Union Européenne, les directions nationales de la cinématographie, TV5, RFI. Les CNA ont participé à plusieurs campagnes de sensibilisation avec les coopération décentralisées, Plan International, l’Unicef, Amnesty International, l’UNFPA, les programmes nationaux de lutte contre le VIH/SIDA, Programmes de soutien aux initiatives culturelles PSIC (UE), SCAC, Rencontres africaines de la photographie (UE), Save the children, Programme national d’éducation à la citoyenneté, Ambassade du Canada, Festival du théâtre des réalités, Festival de Cannes, Respect, CFI etc.…

Quelles sont les activités du CNA au Fespaco 2013?

Depuis 2005, le CNA participe toujours au FESPACO avec des activités variées et remarquables. Pour le FESPACO 2013, ses activités se présentent comme suit :

Une réunion est prévue le 24  février pour l’élargissement du conseil d’administration du CNA Afrique. Le CNA Afrique ouvre son Conseil d’administration à des personnalités qui soutiennent les CNA depuis plusieurs années et à des acteurs reconnus de la société civile et culturelle africaine.

Pour ajouter une touche spéciale au festival, le réseau des CNA organise chaque soirée une projection de film ayant connu du succès auprès des populations. Cet événement dénommé « Fespaco Classique » aura lieu du 25 février au 01 mars au Maquis le Festival devenu depuis le dernier Fespaco ‘’Village CNA’’. A cette occasion, les personnages de chaque film nous parleront du contexte de création du film et ses conditions de tournage et de production etc.

Les animatrices du CNA présenteront les retours des villageois sur chaque film projeté et les films africains en général. Elles vont rapporter des témoignages sur la réception de ces films et sur les réactions des populations. Toutes ces informations sont en effet minutieusement consignées par les animatrices du CNA dans des cahiers, à l’issue de chaque projection en plein air.

Le 26 février, le CNA mettra en place une commission des ayants droit composée de professionnels de cinéma : réalisateurs, producteurs, distributeurs, exploitants, directeurs de cinématographie, responsables de bureau de droits d’auteur pour améliorer sa politique de rémunération et intégrer son modèle économique dans l’économie cinématographique africaine. Elle devra se réunir tous les deux ans à l’occasion de chaque Fespaco. Ses missions se résumeront comme suit : Evaluer annuellement la participation des CNA pays à la rémunération des ayants droits en fonction du budget de chacune des associations ; Identifier les ayants droit des œuvres, notamment celles vendues à plusieurs structures ; relayer l’action du CNA et sa politique de rémunération auprès de la profession ; faciliter l’affiliation des CNA pays aux bureaux des droits d’auteurs de chacun des pays ; ider le CNA à travailler en réseau et dans la transparence avec la profession.


Le CNA a une présence au Fespaco avec une soirée consacrée au documentaire féminin de création, en partenariat avec AfricaDoc. Quels sont les détails de cet évènement?

Le vendredi 1er mars, la soirée sera consacrée aux documentaires féminins, avec la projection de deux documentaires. La discussion sera animée par des personnalités du monde cinématographique : réalisateurs, critiques et les animatrices du CNA.

Cherchant à faire des soirées autour des classiques du cinéma africain primés au Fespaco, et voyant que, depuis la création du prix au Fespaco en 1972, aucune femme n'a jamais été primée de l'Etalon de Yennenga, le CNA a voulu organiser une soirée autour des documentaires féminins, genre qui se développe particulièrement. Dans le documentaire africain aujourd'hui, Africadoc qui est notre partenaire pour cette soirée estime qu'il y a autant de femmes que d'hommes à se lancer dans le documentaire, encouragées par la légèreté du numérique. Et c'est une donne particulière en Afrique et cela, grâce au travail de formation et de promotion d'Africadoc. Mais cependant, elles restent méconnues. Evidemment, il existe des exceptions, notamment au Burkina où les femmes réalisatrices sont très présentes.

Nombreuses sont les femmes réalisatrices qui se tournent vers le documentaire plutôt que vers la fiction. D'abord parce que le mode de production est beaucoup moins lourd que pour un long-métrage de fiction, ensuite parce que nombre de femmes documentaristes africaines viennent du journalisme. Au Fespaco 2009, le podium de la sélection documentaire était intégralement féminin ! Il y a certainement une nécessité de prise de parole par rapport à la place de la femme dans la société africaine mais aussi un désir de prise de conscience, par la population, de traditions (comme le tatouage des gencives dans Mon beau sourire d'Angèle Diabang), comportements (comme autour de la virginité dans Le prix du sang d'Anne Elisabeth Ngo Minka) ou idées reçues (comme dans Witches of Gambaga de Yaya Badoe) qui perdurent sans forcément être interrogés. Il est certainement important de faire ressortir la nécessité pour la femme de se battre d’avantage pour se faire partout une place dans la société, en mettant en valeur sa créativité, sa personnalité, son intelligence, mais aussi son énergie pour créer la relève. Pour y arriver, il parait important de réduire considérablement l’analphabétisme de la femme, surtout africaine. Une culture illettrée est une culture stoppée, toujours orientée vers le passée. C’est le moment pour la femme de s’engager totalement avec passion et détermination vers la réalisation de film  pour exprimer sa façon de voir le positif et les opportunités là où un homme verrait l’insupportable.

Un documentaire féminin peut présenter quelques choses de spéciales et différent de ce que l’on peut voir dans un film réalisé par un homme. La représentation féminine est à encourager dans tous les secteurs d’activité pour le meilleur développement de la société. C’est pour cela que le CNA milite pour une meilleure visibilité des œuvres des réalisatrices et pour la diffusion du documentaire de création. 

Cette année, le Fespaco met les femmes à l'honneur. C’est un fait inédit: tous les jurys sont présidés par les femmes. Les grands festivals sont d'ailleurs très peu ouverts aux femmes, et ce n'est pas qu'en Afrique. L'année dernière, il y a eu une pétition des femmes réalisatrices pour obliger le festival de Cannes à sélectionner plus de films de femmes pour la Palme d'or. Même dans les livres d'histoire du cinéma africain, on fait très peu cas des femmes. Malgré les discours officiels qui rendent hommage au travail des femmes, ils restent sans impact. D'où la multiplication des festivals de films de femmes. En plus, jusqu'ici, le cinéma est pensé comme un métier d'hommes. Et les grandes difficultés qu'il y a à faire un film en Afrique et à en vivre n'est pas pour encourager les femmes à se lancer.

Programme des activités du CNA au Fespaco
Ai Village CNA au Maquis Le Festival, à 300 mètres du Cinéma Neerwaya à Ouagadougou

Dimanche 24 février
A partir de 11h : Réunion du Conseil d’administration du CNA Afrique 

Lundi 25 février 
10h : Conférence de presse du CNA 
11h-17h : Studio Photo Numérique Ambulant

18h30-21h30 : Projection-débat (Fespaco classique)

Thème : tradition/enfance

Yaaba d’Idrissa Ouédraogo (Burkina Faso, 1989, 90')
A partir de 22h : café - concert

Toute la journée : boutique CNA, buvette-restaurant, exposition CNA, Vidéo Fada 

Mardi 26 février :
10h-17h : Réunion de la commission des ayants droit
10h-17h : Studio Photo Numérique Ambulant

18h30-21h30 : Projection – débat
Thème : comédie sociale
Quartier Mozart de Jean-Pierre Bekolo (Cameroun, 1992, 80')
A partir de 22h : café - concert

Toute la journée : boutique CNA, buvette-restaurant, exposition CNA, Vidéo Fada

Mercredi 27 février 
10h-17h : Studio Photo Numérique Ambulant

18h30-21h30 : projection - débat
Thème : histoire/colonisation
Tasuma, le feu de Daniel Kollo Sanou (Burkina Faso, 2004, 90')
A partir de 22h : café - concert

Toute la journée : boutique CNA, buvette-restaurant, exposition CNA, Vidéo Fada

Jeudi 28 février : 
15h : conférence de presse d’Africalia Belgium, partenaire du CNA

10h-17h : Studio Photo Numérique Ambulant

18h : soirée cinéma avec Africalia Belgium au village Sao, à 45 Km au nord de Ouagadougou

18h30-21h30 : Projection-débat 
Thème : migrations
Gito l'ingrat de Léonce Ngabo (Burundi, 1992, 90')
A partir de 22h : café - concert

Toute la journée : boutique CNA, buvette-restaurant, exposition CNA, Vidéo Fada

Vendredi 1er mars
10h-17h : Studio Photo Numérique Ambulant

18h30-21h30 : Projection – débat 
Séance spéciale documentaires au féminin  
Itchombi de Gentille M. Assih (Togo, 2010, 52') 
Le prix du sang de Elisabeth Anne Ngo Minka (Cameroun, 2010, 26')
A partir de 22h : café - concert

Toute la journée : boutique CNA, buvette-restaurant, exposition CNA, Vidéo Fada

Au Village CNA sis au « Maquis Le Festival »


IN ENGLISH

15 February 2013

FESPACO 2013 - Films des écoles africaines de cinéma | African Film Schools


FESPACO 2013 - Films des écoles africaines de cinéma | African Film Schools

Sara
Névamé Akpandza (Togo) ECRAN Ecole de Cinéma, de Réalisation Audiovisuelle et des Nouvelles Technologies

Synopsis

[English]
Jeannot and Sara are young, love each other and are married. Their greatest dream is to have a child. Three years later still no baby in the horizon, despite the medical treatment that Sarah follows.

The only problem is the intrusion of Jeannot's mother, who enters their life, completely disrupting the household.  She does not have a solution to the couple's problem, but she knows the cause of it : Sara.

The film highlights the problems couples have dealing with infertility, and in particular male sterility, a taboo in Africa.

[Français]
Jeannot et Sara sont jeunes, ils s’aiment et se sont mariés. Leur plus grand rêve: avoir un bébé. Trois ans plus tard… toujours aucun bébé à l’horizon et ce malgré tous les traitements médicaux suivis par Sara.

Seulement voilà, que l’arrivée d’un intrus dans la vie du couple va complètement bouleverser le foyer: la mère de Jeannot. Elle n’a pas de solution au problème du couple mais elle en connait la cause: Sara

Un film qui nous éclaire sur les problèmes dans les couples infertiles et plus particulièrement de la stérilité masculine...un tabou en Afrique

Avoir un enfant | To Have a Child
Carine Marie Céline Yameogo (l'Institut supérieur de l'image et du son ISIS du Burkina Faso)

Hawan-Di  : MEILLEUR DOCUMENTAIRE | BEST DOCUMENTARY
Amina Mamani-Abdoulaye (l'Institut de formation aux métiers de l'information et de la communication IFTIC du Niger) 

Synopsis

[English]
As prelude to Ramadan, several cultural events are organised; Sabkha, Hawan kaho, fantasia, Sharo, Faka, and praises. With music and local dances as background, its purpose is to praise men's bravery. But beyond this, is the preservation of tradition.

[Français]
En prélude au Ramadan, plusieurs manifestations culturelles sont organisées : la sabkah, le hawan kaho, la fantasia, le sharo, la faka, les louanges. Sur fond de musique et de danses locales, cela vise à exalter la bravoure des hommes. Au-delà il y va de la conservation de la tradition.

14 February 2013

FESPACO 2013 - Rumbi Katedza: The Team | l'Équipe


Fespaco 2013 - Série télévisuelle | Television series

The Team | L'Equipe
Rumbi Katedza (Zimbabwe)

The filmmaker | La réalisatrice

[English]
Rumbi Katedza began her career in cinema in production management, then moved to distribution and festival management, finally settling on writing and directing, where her true passion lies. It was a journey that allowed her to witness and appreciate the changes in the industry and to appreciate the struggles of others. She now produces independent documentary and narrative content through her company Mai Jai Films.

[Français]
Rumbi Katedza a commencé sa trajectoire dans le cinéma dans la gestion de production, puis la distribution et la gestion de festival avant de s'installer dans l'écriture et la réalisation, qui est sa vraie passion. Durant ce parcours, elle a pu voir et apprécier l'évolution de l'industrie cinématographique ainsi que les luttes auxquelles certains sont confrontés. À travers sa société Mai Jai Films, elle produit maintenant des films documentaires et de fictions.

Synopsis

[English]
"The 13-part TV series, 'The Team' is a multi-nation project, which has also been produced in countries like Kenya, Côte d'Ivoire, Nepal, Morocco amongst others. We were fortunate enough to produce a Zimbabwean version that was a big hit on our local TV channel. With the series we wanted to tackle issues of conflict in our communities and challenge people to be more responsible for the issues that arise. The series merges the global appeal of football with drama to help transform social attitudes and diminish violent behaviour in a country with deeply rooted conflict." [From the interview by Beti Ellerson on the African Women in Cinema Blog

[Français]
« 'L'équipe', une série télévisée en 13 épisodes, est un projet plurinational qui a été produit aussi dans les pays comme le Kenya, la Côte d'Ivoire, le Népal, le Maroc, parmi d'autres. On a eu la chance de produire une version Zimbabwéenne qui a eu un grand succès à la télévision locale. À travers la série, nous voulions aborder les problèmes sur les conflits qui existent dans nos communautés et pousser les gens à prendre plus de responsabilité vis-à-vis de ceux-ci. La série se marie l'engouement mondial du foot avec la fiction cinématographique afin de transformer les attitudes sociales et réduire le comportement violent dans un pays qui a des conflits profonds. » [D’un entretien par Beti Ellerson sur l’African Women in Cinema Blog]  

13 February 2013

FESPACO 2013 - Samantha Biffot : L'oeil de la cité | The Eye of the Town


Fespaco 2013 - Série télévisuelle | Television series

L'oeil de la cité  | The Eye of the Town (2012)
Samantha Biffot (Gabon)
1ER PRIX | 1ST PRIZE

The Filmmaker | La réalisatrice

[English]
Samantha Biffot obtained her diploma in filmmaking at l’Ecole supérieure de réalisation audiovisuelle in Paris in 2007. She worked for a bit in France as an intern in television and cinema, and then went to live in Gabon. Motivated by her passion for cinema, she created her production company, Princesse M Production (PMP). She organised the first International Festival of Film School Shorts of which she is also artistic director.

[Français]
Samatha Biffot a fait une Licence de cinéma à l’Ecole supérieure de réalisation audiovisuelle à Paris en 2007. Elle a travaillé un peu de temps en France, en termes de stage, à la télévision et au cinéma, puis elle s’installée au Gabon. Passionnée par le cinéma, elle a monté sa sociéte, Princesse M Production (PMP). Elle a organisé le premier "Festival international des courts d’école" dont elle est également la directrice artistique.

Synopsis

[English]
A television series released in 2012.

[Français]
Une série télé réalisée en 2012.