The purpose of the African Women in Cinema Blog is to provide a space to discuss diverse topics relating to African women in cinema--filmmakers, actors, producers, and all film professionals. The blog is a public forum of the Centre for the Study and Research of African Women in Cinema.

Le Blog sur les femmes africaines dans le cinéma est un espace pour l'échange d'informations concernant les réalisatrices, comédiennes, productrices, critiques et toutes professionnelles dans ce domaine. Ceci sert de forum public du Centre pour l'étude et la recherche des femmes africaines dans le cinémas.

31 January 2012

« Ici on noie les Algériens » de Yasmina Adi, nommé aux César 2012 – Une critique du film par Olivier Barlet

Ici on noie les Algériens, 17 Octobre 1961 de Yasmina Adi. Une critique par Olivier Barlet. Africultures


A l'heure où on s'apprête à commémorer l'indépendance algérienne, il est fondamental de sortir des oublis de l'Histoire ses épisodes volontairement mis de côté. Autant les manifestations indépendantistes du 8 mai 1945 à Sétif, objet du premier documentaire de Yasmina Adi, ont préparé cette indépendance, autant les drames de la féroce répression de la manifestation pacifique du 17 octobre 1961 eurent des répercussions sur les négociations qui aboutiront aux accords d'Evian du 18 mars 1962.

Rappelons le contexte : De Gaulle est aux affaires depuis 1958, il a reconnu le droit à l'autodétermination algérienne le 16 septembre 1959, ce qui a conduit à la tentative de putsch des généraux Salan, Challe, Jouhaud et Zeller du 22 avril 1961. Tandis que le FLN et le gouvernement français négocient les conditions de l'indépendance, des attentats des deux camps font monter la tension et les syndicats de policiers demandent davantage de fermeté au préfet de Police, Maurice Papon, celui-là même qui avait dirigé la répression en Algérie en 1945.

Dans sa louable volonté de restaurer les faits historiques, Yasmina Adi a fait un véritable travail de fourmi pour déterrer toutes sortes de documents : articles de presse, actualités télévisées et radiophoniques, photos inédites. Elle les met en perspective avec les témoignages actuels des témoins oculaires et des familles des disparus. Captés le plus souvent en arabe, bénéficiant de la proximité culturelle de la réalisatrice qui dépasse ainsi les non-dits de la pudeur et de la douleur, profitant sans doute aussi de la relation d'une femme s'entretenant avec les femmes des hommes disparus, ils sont bouleversants : des vies détruites, une mémoire refoulée, des maris et pères qui ne sont jamais revenus. Et face à cela, le mépris institutionnel qui commence par le déni et cultive ensuite l'oubli.

No comments:

Post a Comment

Relevant comments are welcome - Les discussions constructives sont les bienvenues